L’inhabitable

Auteur : Ariane Dreyfus

<i>L'inhabitable</i>

Ce sont les "choses de la vie", ses instants de stupeur ou de joie que cherche à capter la poésie d’Ariane Dreyfus, pour en restituer la tranparence dans ce langage à la fois direct et imperceptiblement troublé, tremblé, vacillant que ses lecteurs lui connaissent. Après la parabole des westerns et la métaphore de la danse, dans de précédents recueils, les poèmes de L’Inhabitable poursuivent ce dialoguie limpide avec le réel, interrogeant la présence et le silence, le regard et l’émoi des corps. Ce qui n’exclut ni l’inquiétude, ni le mystère. La parole ici est toujours une adresse - à l’ami, au lecteur, à l’amant : une main tendue sur la page, qui en délivrerait le secret. Poésie comme un drap blanc dans le soir claquant au vent. "Il fait jour quand nous voulons / Le poème est sur la table."

Paru le 10 avril 2006

Éditeur : Flammarion

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.