L’intranquille n°15

L'intranquille n°15

L’INTRANQUILLE N°15

SOMMAIRE :

AUTEURS
VIRGINIE POITRASSON : p. 3
LAMBERT SCHLECHTER : p. 6
JACQUES CAUDA : p. 9

LA GRANDE GUERRE
TRONCHET (planche de BD) p. 12
PASCALE ALEJANDRA poèmes p.14
FRANÇOISE FAVRETTO p. 16
VICTOR SEGALEN ET LA GUERRE par Jean Esponde p. 18

DÉRIVE (à Marseille)
Broc et Marielle Conte p. 23

TRADUCTIONS
DOINA IOANID par Jan Mysjkin p. 30
DOROTHEA NÜRNBERG par Nathalie Rouanet-Herlt p. 34
DOSSIER LUXE À SINGAPOUR PAR PIERRE VINCLAIR p. 41
14 poètes urbains traduits de l’anglais p. 43-60

NOUVEAUX AUTEURS
Julia Lepère p. 61
Thomas Lamouroux p. 64
Damien Paisant p. 68
Judith Lewi p. 71

ÉTUDE
ZANZOTTO par Ph. Di Meo p. 74

DEUIL POUR DEUILS
Christophe Stolowicki p. 78

DOMAINE CRITIQUE
J.-P. Bobillot
Myrto Gondicas
F. Favretto

COUVERTURE : dessins de CENDRES LAVY et d’ANNE-MARIE WEYERS

Paru le 31 octobre 2018

Éditeur : Atelier de l’agneau

Support : Revue

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.