L’oeil du moine

Cees Nooteboom

Ils sont à nous, les mots de pierre et d’eau.

L’oeil du moine, composé de 33 poèmes solaires, tisse souvenirs et songes, images et sensations, empreintes et chimères. On y retrouve les immortels de Cees Nooteboom - ferries, matelots, ressac, bestiaires, formes minérales et espèces végétales, dans une somptueuse contemplation de la beauté des paysages, intimes et géologiques.

À la suite de ce premier cycle se déploie un long poème en trois parties. Adieu, plus sombre, marqué par l’enrayage du monde en 2020, qui a rendu l’ailleurs inaccessible, et la mort toujours plus proche, écrite ici telles des ondes concentriques, jusqu’à une inexorable absence.

Cees Nooteboom
L’oeil du moine suivi de Adieu
Poèmes traduits du néerlandais (Pays-Bas) par Philippe Noble
Actes Sud / novembre 2021

Poème
de l’instant

Nadia Gilard

Le voleur d’étincelles

Les heures ont écrit, dans le carnet, leur surprise.

Nadia Gilard, Le voleur d’étincelles, Vibrations Éditions, 2021.