L’oreille du Loup

Editeur de poésie contemporaine, notamment étrangère.

Type de livres : broché

Mode de diffusion, distribution : VPC

Année de création  : 2007

Nombre de parutions par an : 6

Accepte de recevoir des manuscrits (uniquement par courriel) :
loreilleduloup@yahoo.fr

Contact

127 rue du Faubourg du Temple

75010

Paris

Registre des ombres

1er mars 2015

Registre des ombres

le remords a son sourire de sable sa voix sifflante de vieillard qui nous somme d’oublier les zébrures de l’ombre sur les pelages de la peur de balayer les derniers lambeaux des rêves que nous aurions pu jouer d’ignorer l’imparfait des fantasmes qui nous enferment
de sa griffe sur nos paupières la caresse n’est qu’une passe pour empêcher la tempête de faire rage entre les pages du silence interrompre le pur écoulement du temps dans nos veines nous distraire des leçons que la nuit nous assène sur (…)

La mort ne séduit pas les ivrognes d’Omar Youssef Souleimane

1er décembre 2014

La mort ne séduit pas les ivrognes d’Omar Youssef Souleimane

Je n’ouvrirai pas mon cœur
Nous sommes aussitôt revenus du froid des cimetières
Et nous avons offerts les fleurs et les victimes
Dans la pièce aucune tristesse
Dehors aucun bruit de guerre
Néanmoins l’enfer est un taureau
Et nos pensées sont rouges
Extrait du livre La mort ne séduit pas les ivrognes, L’Oreille du Loup, 2014.

Un autre chemin de Maria Mercedes Carranza

1er mai 2013

Un autre chemin de Maria Mercedes Carranza

Doux mensonge
Avant de découvrir que le beau chemin
n’est qu’une farce inutile,
un puits d’eaux mystérieuses
d’où nous avons tiré ce qui n’existe pas ;
avant que l’approche de l’ennui
ou la ruine du sourire n’apparaissent ;
avant que la frivolité
ne vienne se recoucher dans mon lit ;
avant que le désir ne se corrompe
ou les mots ou les rires,
laisse-moi te demander que le mensonge,
le doux mensonge d’être toi et moi dure
le vaste temps de (…)

Dans le prochain monde de Mario Campana

1er mai 2013

Dans le prochain monde de Mario Campana

Quand tu reviendras
après avoir erré jour et nuit
sous des astres silencieux
et t’être étendu sur des lits inconnus
imaginant
le sinistre paysage de l’éternité,
et quand tu regretteras encore une fugitive révélation
une fleur étrange,

Territoire de la peur de Leopoldo Maria Panero

1er octobre 2011

Territoire de la peur de Leopoldo Maria Panero

Anthologie poétique, traduit de l’espagnol par Stéphane Chaumet
"Je suis un nid de cendre
où viennent les oiseaux
pour chercher la manne de l’ombre
la flèche clouée dans le poème
le baiser de l’insecte."

Sans issue Fara iesire de Ion es. Pop

1er juin 2010

Sans issue Fara iesire de Ion es. Pop

Anthologie poétique traduit du roumain par Linda Maria Baros
"1. Comme un amer et grand oiseau marin
flotte la malchance au-dessus des foyers pour jeunes
travailleurs, 15 rue Oltetului.
ici ne vivent que ceux qui nous ressemblent. ici
la vie se boit et la mort s’oublie…."

<i>L'instant oblique</i>

1er septembre 2009

L’instant oblique

"J’ai peur d’avoir cet âge du chemin de traverse
alors que je voudrais l’été perdu en moi
marcher comme on écrit là où tout s’ensemence"

La belle mendiante suivi de René Char, lettres à Gabrielle Althen

1er juillet 2009

La belle mendiante suivi de René Char, lettres à Gabrielle Althen

"La mort, non, mais le fait de mourir et le mourir : la paix malgré les roses se tord sous le cyclone… Entre tenailles et rêve, chant de l’improbable, entre larmes et fruits, entre mensonges et cris, et par delà les pleurs de la vallée oblongue, le voeu de la BELLE MENDIANTE : une sonate à l’aise y pouvait bien courir."

Urbaines miniatures de Stéphane Chaumet

1er mai 2009

Urbaines miniatures de Stéphane Chaumet

Personne ne rend la monnaie de la vie

Intempérie de Pura Lopez Colomé

1er avril 2009

Intempérie de Pura Lopez Colomé

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Stéphane Chaumet.
Pura Lopez Colomé est née en 1952 à Mexico et vit actuellement à Cuernavaca. Elle a publié 8 livres de poésie dont 5 ont été réunis sous le titre Musica Inaudita. Elle a traduit en espagnol de nombreux auteurs dont Samuel Beckett, Carlos William, Rainer Maria Rilke…
"Le jour où la femme
s’est rendue compte de tout,
elle mit un terme de ses propres mains
à ses terreurs les plus profondes.
Elle abandonna sa maison,
élégante et parfumée,
en (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage