La Bibliothèque

Contact

Revue de la Biliothèque de Saint-Herblain
Médiathèque Hermeland

44817

Saint-Herblain

Le ciel dans l’eau Angkor

1er décembre 2005

Le ciel dans l’eau Angkor

Un pélerin singulier longe les rives du Mékong, croise un abbé du Grand siècle, des singes chapardeurs, et comme un enfant, glisse les éclats et la féerie des temples d’Angkor dans son sac de voyageur. A son retour de Bangkok, du Laos et du Cambodge, il éparpille ses trésors sur la page. Après L’Inde au pied nu, Pierre Lartigue poursuit sa quête de lumière et de mouvement.

Les nouvelles du pin parasol

1er septembre 2004

Les nouvelles du pin parasol

Ont participé à ce numéro des écrivains et des artistes :
Rosica lazeska, Michal làznôvsky, Tony Ross, Daniel Casanova
Adolf Born, François Boddaert, Anne Gorouben, Isabelle jarry, Daniel Maja, Jean-louis Bailly, William Wilson, Tanguy Viel, Maurice Maillard, Jean-Luc Annaix, Olivier Matouk, Éric Pessan, Nicolas de Crécy, Bruno Grégoire, Patricia Cartereau, Gérard Ansaloni, Stefano Ricci, Olivier Bonnardot, François Supiot, Jean-Pierre Siméon, Cristian Aurel Opris, Jean-Claude Pirotte, Henri (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage