La Différence

Contact

30 RUE RAMPONEAU

75020

Paris

<i>Le principe d'incertitude</i>

1er février 2016

Le principe d’incertitude

Au miroir incorruptible de la page
impossible de mentir
Je sais maintenant
qu’aucun calcul savant
aucune intelligence supérieure
ne pourront m’éclairer
de mon vivant
sur l’énigme de l’Univers
Devant celle-ci
même la poésie la plus aventureuse
doit honnêtement rendre les armes
Je mourrai donc
idiot

Tantôt dièse, tantôt bémol de Tagore

1er décembre 2015

Tantôt dièse, tantôt bémol de Tagore

Rabindranath Thakur dit Tagore (1861-1941). Né à Calcutta dans une famille de lettrés opposés au système des castes, Tagore devient célèbre à seize ans en rédigeant une œuvre qu’il fait passer pour celle d’un poète indien du XVIIe siècle. Il écrit aussi la première nouvelle en langue bengalie. Après des études de droit en Angleterre, il revient au Bengale en 1880. Infatigable voyageur, engagé en faveur de l’indépendance de l’Inde et d’un changement de la condition des femmes, il reçoit en 1913 le prix Nobel (…)

Sous l'étoile du Chien de D.H. Lawrence

1er décembre 2015

Sous l’étoile du Chien de D.H. Lawrence

David Herbert Lawrence (1885-1930). Touffue, nombreuse,souvent éclatante, son œuvre lyrique demeure voilée par lesgrands romans. Mais on y retrouve les thèmes de L’Amant deLady Chatterley ou ceux du Serpent à plumes. Les poésiesde Lawrence chantent le panthéisme d’une vie d’erranceet d’incertitudes, une soif du sacré capable d’accueillirles figures de l’Évangile et les dieux précolombiens, unetentative de sacralisation de la sexualité dont on n’a pasoublié combien elle fit scandale en son (…)

Trois poètes

1er novembre 2014

Trois poètes

« On apprend l’Eau par la soif
Et la Terre – par les Voyages en mer –
La Passion – par les affres –
Et la Paix – par les récits de guerre –
L’Amour, par la Mort
Et les Oiseaux, par l’Hiver. »
« Par toi, les nuages s’écoulent, l’air vole,
Les pierres ruissellent,
Des eaux naissent les ruisseaux
Et la terre exsude la verdeur. »
« Amour, pourquoi toujours mêler ton nom divin
À la mort sombre et négative ?
Toi seul es évident, tout autre espoir est vain,
Rien n’est rien, hormis ceux qui vivent. » (…)

Poèmes français de Fernando Pessoa

29 septembre 2014

Poèmes français de Fernando Pessoa

L’œuvre de Fernando Pessoa est une des œuvres les plus importantes du XXe siècle et probablement de tous les temps. Cet immense poète qui écrivait « ma patrie est la langue portugaise », rêva longtemps de devenir un écrivain reconnu de langue anglaise. Un volume conséquent de son œuvre poétique fut rédigé en anglais. Le français fut dans les années 1906-1908, avant la mise en place de son système des hétéronymes qui prit toute son ampleur à partir de 1914, sa deuxième langue d’expression littéraire. Durant (…)

Le songe et autres poèmes de Sor Juana Inès

1er septembre 2014

Le songe et autres poèmes de Sor Juana Inès

L’histoire de cette enfant d’une famille paysanne, née d’un père basque et d’une mère mexicaine, relève des miracles que la société politique ou religieuse pouvait parfois offrir en transgressant les codes et les inégalités. Dès son plus jeune âge, Juana Inès éblouit par l’étendue de ses dons et son goût de l’étude − elle apprend à lire à trois ans, étudie le latin sans professeur −, par l’étendue de sa curiosité, et bientôt par l’éclat de sa beauté. Aussi sa précocité confondante attire-t-elle l’attention de la (…)

Au pays du mufle de Laurent Tailhade

1er septembre 2014

Au pays du mufle de Laurent Tailhade

Né à Tarbes dans une famille de magistrats qui le maria tôt pour le faire tenir tranquille dans la morne province, Laurent Tailhade, une fois sa liberté recouvrée, gagne Paris, les milieux bohèmes, les cercles littéraires symbolistes. Dreyfusard, lié avec Verlaine, bête noire des éditeurs pour ses dettes, ses indélicatesses ; libertarien, il se fait le chantre de l’anarchisme. Las ! Une bombe le blesse gravement ! Beau joueur, l’imprécateur ne porte pas plainte. Le poète s’en prend de plus belle au (…)

Instants éternels de Guilhem Fabre

1er juin 2014

Instants éternels de Guilhem Fabre

Cent et quelques poèmes connus par coeur en Chine
"Aube de printemps
Mon sommeil printanier a laissé passer l’aube
De partout viennent des chants d’oiseaux
La nuit passée n’était que vent et pluie
Combien de fleurs ont dû tomber !"

<i>La saison manquante suivi de Amour Jacaranda</i>

1er juin 2014

La saison manquante suivi de Amour Jacaranda

A l’instant où ils s’ouvrent
les yeux
créent la lumière
Autant d’yeux
autant de lumières
A l’instant où elle éclot
la conscience
crée le monde
puis d’univers
Autant de consciences
autant de mondes
puis d’univers
Que les yeux se ferment
ou que la conscience s’éteigne
et le Tout disparaît
Ceci
n’est qu’une sensation
Rien qui mérite
d’être gravée dans le marbre
ou "rester dans les bouquins"
Mais c’est ma (…)

Les chants de la terre de Friedrich Hölderlin

1er janvier 2014

Les chants de la terre de Friedrich Hölderlin

Sa jeunesse rencontre des temps tourmentés. Réchappé du pastorat, le jeune idéaliste cherche dans l’exaltation spirituelle des idées révolutionnaires et l’idéal d’un modèle d’Harmonie antique dont il célèbre, dans une langue magnifique, les paysages et les rêves. Il est, sans que la plupart ne l’admettent parmi eux, le contemporain des grands romantiques allemands, dont Schiller, qui publiera son élégie annonciatrice, « La Grèce ». Hölderlin va se laisser envahir par une antiquité rêvée, en opposition aux (…)

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.