La Différence

Contact

30 RUE RAMPONEAU

75020

Paris

Nous sommes un autre soleil de Gonzalo Rojas

1er octobre 2013

Nous sommes un autre soleil de Gonzalo Rojas

Gonzalo Rojas Pizarro, né dans une famille de mineurs, découvre dès son enfance l’impressionnante, la sauvage grandeur de la terre et de la mer chiliennes. Universitaire familier de Catulle, d’Ovide, poète avant-gardiste, Rojas s’enthousiasme pour le jazz. Devenu diplomate d’Allende, condamné à l’exil politique, il poursuit son oeuvre en solitaire. Rêche, sarcastique, contempteur ou passionné, il dialogue avec le cosmos aussi bien qu’il invoque « la frénésie et l’infortune des empires ». Il mord dans (…)

De l'Alcyone et autres poèmes de Gabriele Annunzio

1er octobre 2013

De l’Alcyone et autres poèmes de Gabriele Annunzio

Il n’est pas exagéré d’écrire que sa gloire fut internationale. Du personnage lui-même, au dandysme flamboyant, de ses liaisons avec des femmes célèbres, de ses succès de romancier, de son audace d’aviateur lors de la Grande Guerre, voire de condottiere – il s’empare du port autrichien de Fiume et s’en déclare souverain – rien n’est commun. Il soutient, puis s’éloigne de Mussolini et s’enferme dans le silence. L’histoire passa qui ternit sa renommée. Trop de silence après trop d’éclats entoure aujourd’hui le (…)

<i>Zone de turbulence</i>

1er janvier 2012

Zone de turbulence

Collection Clepsydre
Quelle est cette « zone de turbulences » objet du nouveau livre d’Abdellatif Laâbi ? L’intérieure, à laquelle l’oeuvre de ce poète nous a régulièrement conviés ? Celle que traverse aujourd’hui, avec des heurts et malheurs, l’humaine condition ? Celle où notre planète se trouve emportée et dont le dérèglement climatique est un des signes les plus patents ? Pour pertinents qu’ils soient, ces questionnements n’épuisent pas la matière ample, presque démesurée, de ce livre où la poésie (…)

Muleta

1er juin 2011

Muleta

Le titre du recueil Muleta évoque le leurre : chiffon rouge monté sur bâton pour exciter le taureau. Le leurre chez Sapho, ce sont les mots. Les écoute-t-on ? « Brise lame / Bris de lames / Sésame / Brise l’âme ». Mais qui est le taureau ? Soi-même, sans doute. Et c’est ainsi que nous avançons, dansons, aiguillonnés par le sens, par le son : « L’avant-garde est déjà désuète / Allons de ce pas à Sète / Tirer nos filets / J’appelle et je ramène / Mes voix méditerranéennes / Le stylisme n’est pas mon fait / Je (…)

Dix Autres Chants pour continuer de tourner en rond

1er juin 2011

Dix Autres Chants pour continuer de tourner en rond

Les yeux, qui ne peuvent entrer en contact avec aucune autre matière que celle dans laquelle ils se projettent, sont le symbole de notre existence de solitaire, coupée de tout, comme brisée et retranchée du reste du monde. Nous ne sommes qu’un fragment inalliable, qu’un débris dentelé et échancré de la matière qui nous entoure, et que l’espace sans fin a défoncé et déchiré pour nous faire naître. Quand le monde est à la taille de nos yeux, nous voyons. Si le soleil dans le ciel est juste à la taille de nos (…)

<i>J'ai failli la perdre</i>

1er juin 2010

J’ai failli la perdre

"On s’est aimé
depuis la petite enfance,
tu étais là
dans le moindre de mes jeux
sur mes cahiers d’écolier
ton quadrillage futur
je suivais ta trace minuscule
ton anonyme insignifiance
sans le savoir.
Dans mon enfance
tu étais là
neige d’apesanteur
[qui remplit]
le sulfure opacifié
du temps.
Une fois dans le préau
au pied du tilleul
tu as fait un faux pas
vers le chaos du non-être
j’ai senti que le sol
pouvait tourner à l’envers.
et me faire faux bond.
Amour prémonition
de (…)

Orifices du murmure de Patrick Quillier

1er juin 2010

Orifices du murmure de Patrick Quillier

"Il faudrait que je te compare à une nuit d’été
Mais j’aurais trop d’étoiles à dénombrer lorsque ton corps
n’a que ses yeux, qui me suffisent. Et si la Voie lactée
abreuve l’infini, d’autres humeurs comblent l’infime.
Te comparer ainsi serait te faire nuit dans la
nuit, hiver dans l’été, toi qui fais ma lumière autant
que ma nuit, toi qui mets l’été dans les intempéries.
La nuit d’été s’effacerait en toi et tu perdrais
ton être dans la nuit. Il ne faut plus te comparer.
La douceur de tes mains n’est que (…)

<i>Oeuvre poétique II</i>

1er février 2010

Oeuvre poétique II

Goncourt de la poésie 2009
Préface de Jean Pérol
Le deuxième tome de l’Œuvre poétique de Abdellatif Laâbi – le premier a paru en 2006 – comprend les recueils suivants (tous édités à La Différence, excepté Fragments d’une genèse oubliée paru chez Paroles d’Aube en 1998) : Le soleil se meurt (1992, 2e Éditions, 1994), L’Étreinte du monde (1993, 2e Éditions, 2001), Le Spleen de Casablanca (1996, 2e Éditions, 1997), Poèmes périssables (2000), L’Automne promet (2003), Les Fruits du corps (2003) – un recueil de (…)

Guerre, words y plato

1er janvier 2010

Guerre, words y plato

"C’est pour toi
Seule
Que je fais luire
Un nom de ma langue
Je combats le silence à main armée
J’ose
Tu sais ils me terrifient
Ils me traitent de chanteuse
Pour toi
Je brave le vent glacé
Je sais tu m’attends
Ton oreille me rend raison
Je ferais le pas
D’escrime contre silence
Sur tes cheveux je poserai
La tiare
Je parlerai
Juste avant la mort
Ils me traitent
Je les traite
Je ne manque pas de coeur
De corazon
De valeur
Pour toi seule
Le temps que ma langue trouve le temps (…)

Apollon jeté à terre

1er janvier 2010

Apollon jeté à terre

Quand Michel Bulteau se proclama, à la fin des années 80 le « dernier poète classique », qui l’a entendu ? À lire aujourd’hui ce nouveau recueil, Apollon jeté à terre, on serait tenté de le croire. Il a débarrassé la poésie de ses comparaisons obligées, de sa mythologie à la petite semaine et lui a fait retrouver une dignité de style qui, d’après lui, remonterait à Ronsard.
Moralité : celui qui veut conserver une tradition devrait toujours s’appliquer d’abord à savoir en quoi elle consiste.
Où sont les fleurs (…)

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.