La Différence

Contact

30 RUE RAMPONEAU

75020

Paris

Pour le plaisir, anthologie

1er mars 2002

Pour le plaisir, anthologie

traduit par Alain Bosquet
24 poèmes traduits par Alain Bosquet, poète, romancier et critique. Un choix de poètes qu’Alain Bosquet aimait et qu’il a traduit parce qu’il les aimait. " La mise en français est neuf fois sur dix, une traduction fidèle " Alain Bosquet. Engageons-nous avec lui dans le voyage en langue française.

Belles, en moi, belle

1er mars 2002

Belles, en moi, belle

collection Clepsydre

Chemins de traverse de Louise Herlin

1er mars 2002

Chemins de traverse de Louise Herlin

collection Clepsydre
Si la mer cessant son va-et-vient
S’éternisait dans l’instant…
Par un après-midi de décembre
D’un coup de baguette ôtée
– Magie – d’entre les choses de la vie
Avec écume, vagues, balancement,
Faite vue ou vision, paysage
Au mur cadré à notre usage – un Corot
Sous ciel d’hiver transmissible
Par héritage, à jamais un tableau
Nous de partenaires familiers devenus
Spectateurs, au lieu de jouer avec elle
– Ses festonnements, fêtes, allées venues,
Mis à distance, observant, (…)

quand l'obéissance est devenue impossible d'Emmanuelle K

1er novembre 2000

quand l’obéissance est devenue impossible d’Emmanuelle K

"Paris à l’aube.
Voir courir ceux qui vont quelque part pour y être
à l’heure."
Quand l’obéissance est devenue impossible raconte une traversée, propose un regard, décrit les émotions d’un être qui n’a jamais renoncé à l’utopie. Une parole très actuelle, très attendue, qui dessine un espace critique vivant, enfin respirable, vaste, sans faux semblants. Simple et vrai. Une liberté.
Quatre recueils pour une résistance, tous les éclats d’une expérience vitale, portés par la voix d’un (…)

À l´approche des eaux

3 octobre 2000

À l´approche des eaux

Traduction de Michel Chandeigne.

Le poids de l'ombre

2 mars 2000

Le poids de l’ombre

Traduction de Michel Chandeigne, Maria Antónia Câmara Manuel, Patrick Quillier.

Contre une nuit trop claire

31 juillet 1997

Contre une nuit trop claire

Poèmes choisis et présentés par Jean-Yves Masson.
Poète de Cour, il succède à Ronsard vieillissant grâce au fidèle mécénat du duc d’Anjou, le futur Henri III.
Dans sa traduction des sentiments des grands du monde, et de leurs amours parfois tragiques, il fait triompher une réelle grâce d’écrire, une sensibilité vraie qu’il préserve des complications mythologiques encore de mode.
Malmené par Malherbe, admiré par Boileau, il demeure aujourd’hui méconnu alors que sa poésie – non seulement celle des sonnets, (…)

Les Exilés

15 décembre 1994

Les Exilés

Théodore Faullain de Banville (1823-1891). Ami de Baudelaire, premier soutien à Paris du jeune Rimbaud, écrivain reconnu et célébré mais, surtout, l’un des vrais poètes d’une époque à laquelle dans son mépris des conformismes bourgeois, il ne ménagea guère les sarcasmes. Pourtant, le siècle écoulé depuis sa mort ne lui a pas rendu justice. Parnassien ? Ce serait le réduire à sa virtuosité, ne pas entendre les ultimes échos dans l’œuvre du romantisme, ne pas voir s’y lever les premières lueurs du proche (…)

Poème
de l’instant

Georges Didi-Huberman

Survivance des lucioles

Les lucioles, il ne tient qu’à nous de ne pas les voir disparaître. Or, nous devons pour cela, assumer nous-mêmes la liberté du mouvement, le retrait qui ne soit pas repli, la force diagonale, la faculté de faire apparaître des parcelles d’humanité, le désir indestructible. Nous devons donc nous-mêmes - en retrait du règne et de la gloire, dans la brèche ouverte entre le passé et le futur - devenir des lucioles et reformer par là une communauté du désir, une communauté de lueurs émises, de danses malgré tout, de pensée à transmettre. Dire oui dans la nuit traversée de lueurs, et ne pas se contenter de décrire le non de la lumière qui nous aveugle.

Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Éditions de Minuit, 2009.