La Digitale

Créée vers 1980 par Jean-Jacques Cellier, éditeur-typographe. Les titres de La Digitale sont tirés sur les presses de l’Imprimerie Cellier à Baye.

Outre des livres d’art, de poésie ou des livres sur sa région, l’éditeur publie un fonds politique important : Godin, mais surtout des titres anarchistes.

Contact

Baye

29300

Quimperlé

J'ai pas mal d'écume dans le cigare

1er janvier 2015

J’ai pas mal d’écume dans le cigare

Tout a commencé avec la parution, en 1978, d’un numéro de la revue Vrac. Une livraison format journal qui contenait, glissé entre ses pages, un prospectus annonçant la sortie d’un recueil de poèmes intitulé La suie-robe des sentiers suicidaires. L’auteur s’appelait Alain Jégou. Son nom et quelques uns de ses textes m’étaient déjà connus. Il apparaissait en effet ici et là, au fil des revues, notamment dans L’ecchymose où il poursuivait une virée rude, froide et cinglante dont le titre générique, Cap Horn, (…)

Almaty, vol retour

1er février 2011

Almaty, vol retour

"Les grandes portes de la salle d’embarquement
grincent et s’ouvrent. Dehors, c’est la nuit noire.
L’horloge marque trois heures. Je marche avec
lenteur, payant au prix fort (stress, tremblote et
sueurs froides) plusieurs nuits sans vrai sommeil.
J’avance sous le grésil vers une passerelle balayée
par un vent venu de Chine, arpentant un vaste
terrain vague, transi dans l’air glacial qui
anesthésie l’aéroport d’Almaty, l’ex-capitale du (…)

La mort de Gregory Corso

1er mars 2008

La mort de Gregory Corso

Gregory Corso était un des piliers de la Beat Generation.
"Gregory était un jeune dur du Lower East Side qui s’est envolé comme un ange par-dessus les toits…" Jack Kerouac.
"L’amer voyage est accompli
Mort prends-moi en charge
J’attends au terminus".
Gregory Corso

Près du pilier

1er février 2008

Près du pilier

Rappelez-vous, on entrait dans un café boire une bière, un verre de Sancerre ou la "côte" du patron, on pouvait s’asseoir et parler à une connaissance ou une amie, ou entendre un client philosopher sur le monde qui va, ou rêvasser tout en fumant sa cigarette…
Bref, un endroit où l’on se sentait bien, ailleurs, un peu comme chez soi.

Les buveurs de bière

1er mai 2005

Les buveurs de bière

Depuis son apparition sur la terre, l’homme n’a eu de cesse d’inventer des boissons à la hauteur de ses rêves. La bière, dont l’origine remonte à la préhistoire, occupe une place de choix. Née, un peu par hasard, de la fermentation de graminées sauvages avec un peu d’eau, elle a aujourd’hui ses fidèles sur la planète entière. Mais ces fervents, ces buveurs ont leurs propres exigences. Ils demandent non seulement au précieux liquide d’épancher leur inextinguible soif mais aussi d’égailler leurs papilles, de (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage