« La Grande Gaîté » suivi de « Tout ne finit pas par des chansons »

d’Aragon

 « La Grande Gaîté » suivi de « Tout ne finit pas par des chansons »

Préface de Marie-Thérèse Eychart.

La publication de La Grande Gaîté dans notre collection est assurément un événement. Ce recueil d’Aragon initialement paru chez Gallimard en 1929, illustré par Yves Tanguy, n’avait jamais été republié séparément, seulement repris en 1974 dans l’Œuvre poétique complet publié au Livre Club Diderot, puis dans la Pléiade en 2007. Ce livre certainement surprendra, choquera même sans doute les lecteurs du Roman inachevé ou du Fou d’Elsa. Écrits en 1927 et 1928, par, ne l’oublions pas, un jeune homme qui n’a pas trente ans, les poèmes de ce recueil correspondent à une violente crise existentielle du poète, à sa relation amoureuse douloureuse et tourmentée avec Nancy Cunard comme à la complication croissante de ses rapports avec Breton et ses amis surréalistes. Le titre est évidemment une antiphrase, c’est de fait de la plus grande détresse qu’il s’agit. D’une agressivité inouïe, d’une dérision acerbe, la première partie du livre est, comme le souligne la préfacière Marie-Thérèse Eychart (ayant collaboré par ailleurs aux « Pléiade » Aragon) un « jeu de massacre » désespéré qui n’épargne rien ni personne. La seconde partie en revanche rend au lecteur un Aragon plus proche de ce qu’il connaît. Il y renoue, comme après une descente aux enfers, avec un chant, fût-il brisé et de douleur indépassable. C’est là qu’on lira notamment le célèbre Poème à crier dans les ruines qui est sans conteste un des sommets de la poésie aragonienne.

Paru le 25 avril 2019

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.