La Poésie au Quotidien

Auteur : Jean-Pierre Siméon

La Poésie au Quotidien

Au quotidien : peut-on mieux dire pour formuler le principe fondateur d’une pédagogie novatrice et pleinement assumée de la poésie à l’école ? Qu’est-ce que la poésie ? Quelle place le langage poétique peut-il tenir dans la didactique du français ?
Comment mettre en voix, mettre en scène la poésie ? De quelle façon inviter à l’écriture poétique ? Comment engager des projets autour de la poésie ? La poésie au quotidien est une entrée privilégiée pour partager et découvrir la langue, pour cultiver l’intelligence sensible et faire en sorte qu’elle ne soit pas un ornement mais un instrument de savoirs.

Coordonné par Jean-Pierre Siméon, cet ouvrage collectif expose les grands enjeux d’une pratique pédagogique au quotidien de la poésie. Il propose aussi de nombreuses activités de classe pour inviter les professeurs des écoles maternelles et élémentaires à entrer en poésie… Conçu en partenariat avec Le Printemps des Poètes et son label « École en Poésie », il présente enfin des expériences variées de projets poésie.
Une ressource incontournable pour placer la poésie au coeur de la connaissance et de l’école.

Paru le 1er février 2014

Éditeur : Canopé

Genres de la parution : Essai Anthologie

Poème
de l’instant

Stéphane Crémer

La Terre

Au sortir d’un rêve à Brasilia j’ai empoigné
la terre, déjà si âcre à mes mains
que leurs paumes m’ont paru des papilles
d’où montait un goût avec son parfum.

Quelqu’un est mort bien loin ce matin
et j’ai pensé, en me baissant jusque là
pour l’emporter à mon tour, que je saurais
l’y ensevelir à ma manière en secret.

Ainsi – car n’allons pas priver la poésie
de sa logique : ni car ni ainsi ne sont proscrits
du poème, ni aucuns mots, pourvu qu’ils s’unissent
en pensée par-delà les marges noires du faire-part ! – ,

ainsi je garde près de moi, dans des flacons
comme une épice sur l’étagère de ma cuisine,
ce pigment rouge du Brésil dont je sais qu’un jour,
empesé à l’amidon de mon choix, un beau jour

nous partagerons la délicieuse peinture mitonnée
qui montrera, aussi bien qu’une Joconde enfin
pour de bon éclipsée de son cadre, ce qu’il reste
de cette disparition : un paysage, et son horizon !

Stéphane Crémer, compost, Éditions isabelle sauvage, 2013.