La Sétérée

Editions de livres d’artistes

Revue Nioques

Année de création : 1984

Tirage moyen : 3

Auteurs phares
 : Yves Bonnefoy, Mathieu Bénezet, Bernard Chambaz, Philippe Jaccottet, Patrick Wateau, Hubert Lucot, Jude Stéfan, Jean-Marie Gleize…

Ne souhaite pas recevoir de manuscrits.

Descriptif :
Des écrivains des peintres au lieu dit du livre

"Les petites maisons d’édition visent la rareté. Assignées à cela, elles seules savent remplir le blanc ou trou que laissent les grandes. Et l’on préfère un jour La vie de Rancé au Génie du Christianisme, Raymond Roussel à Romain Rolland.
A cette rareté fatale La Sétérée ajoute l’incertitude. L’illustration, telle que La Sétérée la conçoit ne crée pas une autre complétude, ne donne pas l’illusion de la richesse (petit éditeur et poète maudit demeurent des misérables). Elle indique des directions manquantes, elle souligne l’impasse avec élégance, avec innocence." Hubert Lucot

Contact : Jacques Clerc
email : seteree.clerc@wanadoo.fr
Tél / fax : 04 75 25 06 48

Contact

4 rue de Cromer

26400

Crest

Une solitude exemplaire

1er décembre 2004

Une solitude exemplaire

Texte de Denise Desautels
Aquatinte en relief de Jacques Clerc
Typographie Univers corps 10
Format 32x23 cm.
32 pages sur Moulin du Gué
Gravures & typographie imprimées sur les presses de La Sétérée
Sous couverture muette ornée d’une gravure au plat supérieur
Etui chemise de toile noir
33 exemplaires dont cinq accompagnés d’un dessin de l’artiste
Prix de vente 750 euros, exemplaire de tête : 850 (…)

Poème
de l’instant

Matthieu Messagier

post-verbum aux demains sans tutelles

la plupart des manèges et la nuit a tardé
dessus les restes hasards de sueurs nouvelles nées
et dès que les rôles emportent les légendes
là où les sons obtiennent le fard à déprendre
sur les voiles de larmes encore rugueuses
que le parage a abandonné derrière lui
des papillons de nuit aux teintes obscurantes
pour ce que leur vie arrête en ce royaume
soudain allument de biais sans que l’os y consente
les us inespérés de mondes en dense et séculiers
et les dés à découdre du moins résolvent les passés
et au chas des jeux de pôles se faufilent d’autres étés
si l’écho des odes après-voir offre la merveille
même surgie d’ailleurs où l’âme se porte sans appareil

inédit pour le Printemps des Poètes