La Sorcière de Rome

suivi de Depuis toujours déjà

Auteur : André Frénaud

La Sorcière de Rome

« Depuis toujours déjà… ampleur et exiguïté du temps, lenteur et vitesse, délai et hâte inopportune, bienveillance et malice, continuité et coupure, rêve éternel et rappel à l’ordre, étendue illimitée et impasse. La poésie d’André Frénaud s’interroge à tous les seuils du temps. Elle s’ausculte pour écouter les frémissements d’une pérennité possible. Elle se cherche parmi la débandade des saisons. Automne, le nouvel an, minuit : autant de moments de la quête, transitions hésitantes où ce qui meurt se renouvelle et prépare imperceptiblement sa résurrection. Emporté dans l’éboulement du présent, le poète entrevoit les visages incertains de ce qu’il fut et de ce qu’il sera. Présent, preuve de mort ; passé, preuve de vie : à mesure que l’un s’épuise et s’efface, l’autre ne cesse de redistribuer ses énergies obscures.

L’accompli n’aura jamais dit son dernier mot. Reconnaître ce qui n’est plus, c’est remuer les élans de l’avenir, cet "avenir aux fanaux troubles" qui évolue vers on ne sait quelle plénitude ou néant, toujours dévoré par la bouche avide du présent mais englobant ce présent et le prolongeant dans l’infini.

"Pas encore finie ma vie puisque j’avoue / l’autrefois", écrit Frénaud dans Les Saisons.

Et dans Vieux pays, méditation tortueuse dont l’exergue parle d’une première lueur désormais éteinte qui se réanime dans la mémoire pour créer une éclaircie imprévue et la promesse d’une "vie embellie", il s’exclame : "Oh ! Sachons accueillir / le langage de l’autrefois dans l’âme bouleversée !" Que ce soit abri ou abîme, coquille pleine ou creuse, le prospecteur poétique cherche à pénétrer ce temps d’au-delà du temps. Le sourcier essaie d’y rejoindre le fons originel qui aura toujours irrigué sa fin. »

Peter Broome.

Paru le 22 février 1984

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Jacques Ancet

La dernière phrase

Il n’y a ni drame ni déchirure.
On dirait dans le jour un infime
vertige. Rien ne change mais tout
vacille. ce qu’on voit, on le voit
comme s’il venait de s’absenter
et que chaque objet portait encore
une trace de ce qui s’éloigne.
Un peu de chaleur avant le froid.
Une attente qui n’attend plus rien.

Jacques Ancet, La dernière phrase, Frontispice de Paul Hickin, Éditions Lettres vives, 2004.