La cendre des mots, poèmes 1989-2005

Auteur : Jean Portante

La cendre des mots, poèmes 1989-2005

"Voici venu pour Jean Portante de se rassembler, de faire le point en réuinssant quelques images de lui-même, éparses, distribuées au fil des ans. Comme un relevé de traces ou d’empreintes donnant à reconnaître un parcours, avec vérification de présence ou d’identité.
Il y a dans les poèmes de Jean Portanteplein de départs. Et sans doute plus de départs que d’arrivées, tant il est vrai qu’une poésie comme la sienne, toute d’ouverture et d’élans, et de mouvements sans cesse recommencés, est plus authentiquement séduisante et belle qu’une poésie d’affirmations grisâtres resserrée sur sa technique jusqu’à l’asphyxie.
L’oeuvre de Jean Portante, en débat avec la mémoire comme avec l’oubli, avec le temps et l’origine, avec le Nord et le Sud, la veille et le rêve, invente à chaque mot une façon nouvelle d’abolir toutes les frontières. "A chaun son interprétation de l’impossible", dit-elle."
Lionel Ray

Paru le 1er juin 2005

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.