La face nord de Juliau, sept de Nicolas Pesquès

"Juliau d’un côté, lui-même de l’autre
le noyau dur de l’apparence ressemble à un miroir

avec cette facilité qu’il a de trancher
de détruire ce qu’il tranche

ni ici ni là écrire ne se peut
mais franchir l’aigu, l’immédiat

garder un oeil dans la phrase

en discontinuant

Paru le 1er avril 2010

Éditeur : André Dimanche

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Jacques Ancet

La dernière phrase

Il n’y a ni drame ni déchirure.
On dirait dans le jour un infime
vertige. Rien ne change mais tout
vacille. ce qu’on voit, on le voit
comme s’il venait de s’absenter
et que chaque objet portait encore
une trace de ce qui s’éloigne.
Un peu de chaleur avant le froid.
Une attente qui n’attend plus rien.

Jacques Ancet, La dernière phrase, Frontispice de Paul Hickin, Éditions Lettres vives, 2004.