La fête prenant de vitesse l’obscur

La fête prenant de vitesse l'obscur

La fête plonge dans le labyrinthe des racines, en extrait l’air et le feu. Parlant d’elle c’est de l’innomée qu’il s’agit, ne craignant ni tempête ni blessure, menant le subconscient à sa geste. Emprise subtile et radicale, le poète enfin respire les autres dans leur nature mouvante.

Paru le 1er novembre 2014

Éditeur : L’Harmattan

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Yves Buin , Zéno Bianu

Santana de toutes les étoiles

Je viens de tellement si loin
marchant sur les hauts fonds
les nerfs chargés de flambeaux
je viens de plus que là-bas
je joue jusqu’aux lèvres de mes mots
je salue tous mes morts
j’ouvre
l’atelier des nuits scintillantes

Zéno Bianu & Yves Buin, Santana de toutes les étoiles, Le Castor Astral, 2020.