La feuille de thé

Editrice Ghislaine Brault-Molas

Contact

14340

Beaufour - Druval

Géodes de Dominique Sutter

1er mai 2017

Géodes de Dominique Sutter

Coup de Merveille
Un éclair vers midi.
Le soleil a crevé la couche de brume.
Brusquement un rayon
Vient rappeler que la feuille blanche
Est restée muette par dépit.
Cela vaudra bien trois lignes
Pour fêter l’événement.
Le monde vient de surgir
Par la fenêtre de l’étonnement.

Une voix me le dit de Rocio Duran-Barba

1er décembre 2016

Une voix me le dit de Rocio Duran-Barba

Ensemble de 80 contes philosophico poétiques faisant appel à la mythologie indigène des peuples des Andes.

Plus plus pluie

1er mars 2016

Plus plus pluie

Préface de Hubert Haddad
Puis plus pluie
puis plus sang
puis plus éclats
de rire plus pleurs
plus langues
de chien sur le visage
plus fugitives
étoiles plus rêves
plus peur
plus feu
plus toi
plus vous
ni moi
ni nous
plus rien
que quoi ?
(extrait)

Prendre souffle

1er novembre 2015

Prendre souffle

alors qu’on a abandonné ses certitudes ayant tout appris des errements les mains redevenues ailes et nageoires pour s’élancer haut et large dans un grand inconnu fondateur Alors il est possible de prendre souffle Alors c’est le moment peut-être.

Errer appartenir

1er juin 2015

Errer appartenir

"Tu veux crier
l’irréparé
tu veux t’époumoner
dis-moi ce ça change…"
"Je veux crier
l’authentique
je peux témoigner
pour que ça change"

Pourtant, ce vent de sable… de Marianne Walter

1er juin 2012

Pourtant, ce vent de sable… de Marianne Walter

"Pourtant, tout ce temps volé, ces années effeuillées
parmi les routes, les sourires
quand tout au long cette absence me poigne, me serre,
me fait mal…"

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.