La langue mordue

Auteur : Seyhmus Dagtekin

La langue mordue

« Je me dis que le monde, que l’être, sont comme un chaudron, et que l’art, l’écriture, en sont la louche. Plus la louche est longue et grande, plus on peut brasser les fonds et les limites du chaudron, plus on parvient à remuer les fonds et les limites de l’être. C’est le pari que je fais, le sens que je cherche à donner à travers la poésie et l’écriture : essayer d’allonger, d’agrandir le plus possible ma louche, mes moyens de remuer l’être, de pousser le plus en avant sa connaissance et de donner à entendre le chant. Pour moi, chaque recueil est l’expérience de ces limites, de mes limites dans ce qui m’entoure. » Seyhmus Dagtekin

Paru le 7 mars 2005

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Épître V

Pour moi, sur cette mer qu’ici-bas nous courons,
Je songe à me pourvoir d’esquif et d’avirons,
À régler mes désirs, à prévenir l’orage,
Et sauver, s’il se peut, ma raison du naufrage.

Nicolas Boileau, Épître, « Épitre V », 1676.