La lune ne m’a jamais déçu à part ça… par Jean-Louis Troïanowski

Ce deuxième ouvrage offre un texte lunaire. Des mots de rêveur. D’une de ces personnes qui vivent le nez un peu en l’air et qui s’occupent des choses réputées peu sérieuses. Comme la lune… Et ce texte, méditation très silencieuse sur le rapport que chacun peut tisser entre lui, sa vie et les éléments du monde, son environnement, incite à entrer dans la contemplation. Une contemplation active. Centrée sur le réel. Mais prête à s’ouvrir à tous les imaginaires que le réel impulse, histoire de coller au plus près des réalités.
Les tableaux de Pieroni participent à cette contemplation colorée du monde. Deux univers s’entremêlent ainsi dans les pages et incitent le lecteur à les rejoindre. Des espaces sont réservés à la création du lecteur.
L’idée est pertinente. Le texte et l’image nous tient à hauteur d’homme. C’est l’essentiel pour avancer un pas plus loin.

Paru le 1er septembre 2009

Éditeur : Pluie d’étoiles éditions

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Leconte de Lisle

Midi

Homme, si, le cœur plein de joie ou d’amertume,
Tu passais vers midi dans les champs radieux,
Fuis ! la Nature est vide et le Soleil consume :
Rien n’est vivant ici, rien n’est triste ou joyeux.

Mais si, désabusé des larmes et du rire,
Altéré de l’oubli de ce monde agité,
Tu veux, ne sachant plus pardonner ou maudire,
Goûter une suprême et morne volupté,

Viens ! Le Soleil te parle en paroles sublimes ;
Dans sa flamme implacable absorbe-toi sans fin ;
Et retourne à pas lents vers les cités infimes,
Le cœur trempé sept fois dans le Néant divin.

Leconte de Lisle, 1818-1894, « Midi », Poésies antiques, 1852.