La mise à nu

Guy Allix

Les vitrines agenouillaient les femmes en troupeaux
La ville repassait son linge
Tu venais d’un pays de froid dans le dos
Ton enfance comme un trou de ver
Ta tendresse recroquevillée dans ta chair à vif
Il y avait à vrai dire peu de mots pour ton corps
Peu de mots pour abriter la sueur

Tu descendais la rue béante comme une horloge
Tu n’avais plus rien à croire qu’une peau de bête
Ce ventre sourd où se tramait la peur
Lorsque tu défaisais les vêtements humides

MÊME TES FLEURS ÉTAIENT CRISPÉES

Poème
de l’instant

Poisson et Chat vont à la mer

Chats et Poisson
étaient de bons amis.
Ils vivaient à l’endroit
où la terre et la mer
se rencontraient.

Jean Grant, Poisson et Chat vont à la mer, Éditions Rue du Monde, 2021.