La mort à vif

Auteur : Charles Dobzynski

<i>La mort à vif</i>

Entre combat au corps à corps et prière, ici la mort est prise "à vif" dans un amour de la langue et de l’humain. “Elle est venue pour insulter le pavillon du vivant…” Et le lyrisme de Charles Dobzynski vaut pour le siècle – une conscience tragique de l’histoire le fonde – et pour la personne, le poète, qui traque la mort jusqu’à ce qu’elle révèle tout ce qui la lie à nous, et nous à elle.

Paru le 1er mai 2011

Éditeur : L’Amourier

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.