La mort ne séduit pas les ivrognes d’Omar Youssef Souleimane

Je n’ouvrirai pas mon cœur
Nous sommes aussitôt revenus du froid des cimetières
Et nous avons offerts les fleurs et les victimes
Dans la pièce aucune tristesse
Dehors aucun bruit de guerre
Néanmoins l’enfer est un taureau
Et nos pensées sont rouges

Extrait du livre La mort ne séduit pas les ivrognes, L’Oreille du Loup, 2014.

Paru le 1er décembre 2014

Éditeur : L’oreille du Loup

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

« Fabulation »

« Cela » : humus formé par l’effritement et l’évaporation de nos rêves – diurnes autant que nocturnes ¬–, et que viennent féconder les songes ainsi qu’une abeille féconde les fleurs où elle butine. Les songes, montés (ou descendus ?) des confins du visible.

Sylvie Germain, « Fabulation », Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.