La paume des jours

Auteur : Michel Ménaché

 La paume des jours

rêve et chante petit homme / le poème est ton destin

Ce volume rassemble des poèmes et quelques textes en prose écrits entre le début des années 1990 et aujourd’hui. « Remuez, remuez désespérément, vibrions tragiques entraînés dans une aventure complexe », semble se désoler Aragon. L’optimisme lucide de notre poète-funambule, l’humour parfois inquiet de ses textes les plus récents nous forcent à l’encourager et sans doute à le suivre.

Stimulante, l’œuvre poétique de Michel Ménaché. Et surtout fraternelle, solidairement ancrée dans notre temps. Dans ce volume qui rassemble des poèmes et quelques textes en prose écrits entre le début des années 1990 et aujourd’hui et qui constituent le socle d’une sorte d’autobiographie a-chronique ou, pour faire plus simple, virevoltante — et c’est un compliment —, Ménaché s’efforce de distendre ce fi l « perdu depuis des lustres » sur lequel il avance hardiment dans sa quête inépuisable de « l’énigme de vivre ». « Remuez, remuez désespérément, vibrions tragiques entraînés dans une aventure complexe », semble se désoler Aragon. L’optimisme lucide de notre poète-funambule, l’humour parfois inquiet de ses textes les plus récents nous forcent à l’encourager et sans doute à le suivre.
Alors, plus que jamais, « rêve et chante petit homme / le poème est ton destin ».

Paru le 2 novembre 2018

Éditeur : La rumeur libre

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Jean-Pierre Verheggen

Courage / Courrèges

Rappelons-nous que la poésie se niche aussi
dans les voisinages, tant congrus qu’incongrus,
- voire crus ! - de mots parfois peu congénères
qui sommeillent dans le même dictionnaire !
Qu’on les réveille et voilà le substantif courage,
apparemment sans cousinage avec la poésie,
qui soudain s’accoquine, de manière inattendue,
avec André Courrège, le grand couturier,
inventeur , dans les années 60 de la jupe-culotte
qu’osèrent porter en rue de courageuses femmes
prêtes à affronter les quolibets, les regards
lubriques, les injures et autres harcèlements
machistes d’effrontés « passant qui passent »

Saluons donc, aujourd’hui plus que jamais,
ces « hirondelles printanières », ces militantes
avant-gardistes qui n’hésitèrent pas -ô avril ! -
« à se découvrir d’un fil » pour défendre

la Beauté et la Liberté poétique de leur corps !

Jean-Pierre Verheggen « Courage / Courrèges », inédit pour le Printemps des Poètes 2020