La poésie du football brésilien / Epinicie pour le pays des palmeraies

La poésie du football brésilien / Epinicie pour le pays des palmeraies

Dix poètes brésiliens, ainsi que leur anthologiste, célèbrent dans cette Epincinie les spelendeurs et misères d’un siècle de Seleçao.

Carlos Drummond de Andrade / Football / La prière du brésilien / Aux athlètes / L’instant du bonheur – João Cabral de Melo Neto / Le supporter de l’América FC / D’un joueur brésilien à un entraîneur espagnol / Brésil 4 Argentine 0 / Ademir da Guia/ A Ademir Menezes – Mário de Andrade / Fluette – Armando Nogueira / Maracanã – Mario Quintana / Élégie urbaine – Nicolas Behr / Tout ce qui est tors… – Cassiano Ricardo / Martim Cererê, le petit joueur de football – Glauco Mattoso / Éloge du jeu violent – Vinícius de Morais / O Anjo de pernas tortas – Oswald de Andrade / L’Europe s’est inclinée face au Brésil – Affonso Ávila /La chanson du roi Pelé.

Paru le 1er juin 2014

Éditeur : Chandeigne

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.