La table ronde

Contact

14 rue Séguier

75006

Paris

Éphéméride

5 mars 2020

Éphéméride

« À l’automne 2017, j’ai eu le désir de quelque chose de nouveau pour moi : réunir des textes variés – notes, fragments, lettres et courriels, traductions, commentaires, poèmes encore (et toujours !) ; constituer un recueil de “miscellanées”. J’ai pensé à Pierre Reverdy, à Antoine Emaz. Je souhaitais quelque chose d’hybride sans trop savoir comment rassembler un tant soit peu de cette matière (ce “métier”, eût dit Cesare Pavese), oui cette matière de vivre accumulée au fil du temps, et ce fil, par quel bout (…)

Le Temps <i>suivi</i> de Notre-Dame

5 mars 2020

Le Temps suivi de Notre-Dame

Le Temps pourrait finalement être le titre général de l’œuvre, abondante et généreuse comme une fête breughélienne, de William Cliff. Le temps dont il est question ici, c’est celui perdu et retrouvé de l’éternel explorateur de lui-même et du monde qu’est William Cliff, maître de la prosodie fantasque, subtil docteur de la rime et de l’assonance, enchanteur qui sait varier ses métamorphoses en créant le rythme entêtant qui vous invitera à le suivre là où il veut vous emmener, en l’occurrence sur les chemins de (…)

Rien que l'amour

14 mars 2019

Rien que l’amour

Édition de Guy Goffette
Lucien Becker est un poète rare et sa voix unique fut saluée par Camus, Paulhan, Bousquet, Cadou, Char. Né en 1911 à Béchy (Moselle), mort à Nancy en 1984, il a composé, en marge de la vie littéraire et de ses mouvements, une œuvre brûlante autour du corps de la femme, seul rempart contre le néant.
Résistant pendant la guerre, il ne cessera de résister à la poésie et à ses entours illusoires. À cinquante ans, abandonnant tout, il se retira dans le silence avec la femme de sa vie, (…)

Nager vers la Norvège

14 mars 2019

Nager vers la Norvège

« Quitter Vierzon.
Dans un demi-sommeil, lors d’un arrêt anormalement long en gare de Vierzon, le voyageur à bord du train désert se demanda soudain combien de filles, en cet instant précis, un 10 février à 16h31, faisaient l’amour dans la petite ville un peu triste. Une, cinq, dix, aucune ? Le train repartit, il n’y eut pas de réponse et le voyageur éprouva une très brève mais intense tristesse comme s’il avait laissé échapper la chance unique de résoudre le mystère de toute chose.
Puis il se rendormit (…)

Cartes postales

14 février 2019

Cartes postales

Henry Jean-Marie Levet était un jeune dandy qui, sous des allures d’esthète britannique, exerçait la fonction de diplomate. À sa mort, il avait seulement publié deux plaquettes de poèmes confidentielles avec des épigraphes de Laforgue et de Rimbaud. Il y eut aussi un Levet chansonnier et vaudevilliste qui collabora au Courrier français, l’un des journaux les plus importants de l’époque. Mais ce qui fera la gloire posthume de Levet, c’est la douzaine de poèmes constituant les Cartes postales qui (…)

À la ligne

3 janvier 2019

À la ligne

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les (…)

<i>Ni bruit ni fureur</i>

2 mars 2017

Ni bruit ni fureur

Après Je suis debout, paru en 2014, voici le second volume de la poésie de Lucien Suel. Les formes toujours variées (prose poétique, haïkus, tweets en cent-quarante signes, vers arithmogrammatiques…) se mêlent au cœur d’un triptyque planté sous le ciel changeant du Nord pour célébrer l’enfance, les jardins, les disparus.

Je suis passé parmi vous

1er mars 2016

Je suis passé parmi vous

Michel MONNEREAU
Si, dans ses romans, Michel Monnereau fait sonner les cuivres, sa poésie est un murmure du temps qui passe, des rêves inaccomplis, des renoncements et des espoirs parfois ténus, parfois tenaces. Dépliant comme un éventail son territoire intime, il l’explore mot à mot sans jamais hausser le ton, au rythme lent de la nostalgie, porté, tel Éluard, par « le dur désir de durer ».
Bilan sépia
“J’aurais tant voulu vous comprenez
ça paraissait si évident
on aurait pu il fallait le temps (…)

Le soleil et la source Frédéric Musso

1er mars 2016

Le soleil et la source Frédéric Musso

« Parfois il faut choisir un mot comme on ajuste un tenon dans une mortaise », écrit Frédéric Musso. Artisan méticuleux, il dépose ses mots choisis sur l’établi. Il les hume et les caresse, les fait sonner haut et clair avant de les apparier. Des images se forment. Peu à peu, le poème prend naissance. Il le laisse reposer puis s’en empare à nouveau pour le polir avec ferveur. L’aube où des nuages trempent comme une main de fiancée dans le bleu d’un lac, la rêverie du marbre sous des cieux purs, le (…)

Max Jacob par Antonio Rodriguez

1er mai 2015

Max Jacob par Antonio Rodriguez

Max Jacob est une figure centrale de l’univers intellectuel et culturel du XXe siècle : à la fois poète, peintre, essayiste, romancier, il fréquente Montmartre et Montparnasse, Man Ray, Picasso, Apollinaire, Braque, et participe pleinement à la vie mondaine et artistique d’un Paris mythique. Il meurt à Drancy en 1944, laissant derrière lui de la poésie, des dessins, peintures, lettres, méditations… En 1945 et 1946 sont publiés à la Table Ronde, sous l’impulsion de Jean Cocteau et de Pierre Colle, ami et (…)

Poème
de l’instant

Ossip Mandelstam

Nouveaux Poèmes 1930-1934

J’aime à voir ourdir la trame quand
après deux, trois… parfois quatre
suffocantes vagues d’apnée
vient le soupir libérateur.

Et comme il est grave et bienfaisant,
lorsqu’enfin advient l’instant
où, à travers mon balbutiement,
l’arc soudain vibre, et se détend.

Ossip Mandelstam, Nouveaux Poèmes 1930-1934, Traduit du russe par Christiane Pighetti, Éditions Allia, 2018.