La vie en dansant

suivi d’Au Cabaret de l’éphémère et d’Avec un peu plus de ciel

Auteur : André Velter

 La vie en dansant

Préface de Richard Blin.

Publier un troisième volume d’André Velter en Poésie/Gallimard était assurément nécessaire, ne serait-ce que pour signifier la place majeure qu’occupe son œuvre dans la poésie des dernières décennies, place première sans doute dans la génération qui suit celle des Bonnefoy, Jaccottet , Roubaud ou Dupin. Les trois titres des années 2000 rassemblés ici, suivant le triptyque de la douleur et de l’amour que constituèrent les poèmes à Chantal Mauduit, développent et approfondissent le credo existentiel du poète dont ce vers de La vie en dansant dit tout : « Du mouvement il n’y a pas à démordre ». Il s’agit encore et toujours pour Velter d’échapper à toutes les ankyloses, tous les renoncements et toutes les clôtures et de se donner à cet absolu qu’est l’élan vertical et sans fin de la vie, cette danse sur l’abîme. La poétique de Velter, immédiatement reconnaissable entre toutes, est à l’aune de cette ardeur et de ce courage, toute de rythmes et de souffle vigoureux, scansion d’une âme enfiévrée qui exhausse la parole jusqu’au chant. Jamais tournée vers elle-même, chambre d’échos multiples, cette poésie de pleine santé s’imposait d’autre part pour accompagner le Printemps des Poètes 2020 dédié au Courage.

Paru le 13 février 2020

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Charles Juliet

Une joie secrète

immergés
tous deux
au plus reculé
d’un silence
qui efface
le monde

la calme
tension
de ton écoute

prends
prends
mes mots

donnons-nous
du vivant

Charles Juliet, Une joie secrète, Voix d’encre, 2002.