La vie est belle

Auteur : Bruno Doucey

 La vie est belle

Illustrations Nathalie Novi.

Tout commence dans un ruisseau de montagne, un paysage de roches moussues et de cascades sauvages. Cette eau vive, surgie d’une enfance à l’ombre des talus, court de pages en pages, dévale les pentes et enjambe les océans. L’eau nous emporte dans son voyage imaginaire, gravit les volcans, fait danser pirogues et caravelles, caresse chevelures perlées de rosée et feuillages bruissants, pour finir en une vague qui fait danser l’aurore. À chaque pas, l’oiseau calligraphe, rouge, débusque la lumière. Les mots du poète et les images de l’artiste vibrent dans une résonnance intime. Ils se marient pour raconter la même tendre histoire : celle des enfants de grand vent qui jouent avec le soleil et écoutent le murmure des étoiles. Une chanson de la vie, que les lecteurs entendront longtemps.

Murielle Szac

Je m’enivre de miel sauvage
je roule sur un tapis de mots
griffe leurs écorces
mordille leurs racines
froisse des feuilles

Puis je m’oursonne doucement
dans la tanière d’un poème. »

Paru le 17 octobre 2019

Éditeur : Éditions Bruno Doucey

Genre de la parution : Jeunesse

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.