Labor

Contact

- Espace Nord Zone J - Quai du commerce 29 -

1000

Bruxelles

Célébration de la lecture

1er septembre 2005

Célébration de la lecture

« Peindre, lire, écrire : des actes intimes, volontiers à l’abri des regards curieux. Peindre dans l’atelier, sous les toits, la verrière. Lire solitaire au milieu de la foule d’une gare, d’un café. Ecrire sur un bout de table.
Comment un poète peut-il s’inspirer d’une lectrice ou d’un lecteur mis en scène, en forme et en couleurs par un peintre ?
Entre le tableau et le livre, le lien est étroit. Non seulement la page, la toile, déploient leur étendue à peupler, mais l’une et l’autre s’ouvrent telles (…)

Lettres du géant à l’enfant qui passe, suivi de Carnaval des animaux et des Poèmes pour passer le temps

1er décembre 2002

Lettres du géant à l’enfant qui passe, suivi de Carnaval des animaux et des Poèmes pour passer le temps

de Carl Norac
Une approche en vers et en prose destinée à faire découvrir aux enfants une variété propre à la poésie. Approche de la différence de formes, voix, narration…
Auteur de contes et de poésie, Carl Norac nous enchante avec cette nouvelle poésie, à travers le témoignage d’amour d’un père à sa fille-fée.
"Caché derrière une montagne, un géant se met à parler. Sur l’autre flanc, un enfant qui passe sur un sentier s’arrête et l’écoute. Les mots du génat s’élèvent dans le vent comme des lettres. Ces (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.