LansKine

Maison d’édition nantaise et parisienne, LansKine attentive à la modernité, publie principalement de la poésie et des textes littéraires d’auteurs francophones porteurs d’une exigence langagière ou d’un ton…

Contact

39 rue Félix Thomas

44000

Nantes

1,2,3 Soleil de Sophie Roch-Veiras

1er février 2014

1,2,3 Soleil de Sophie Roch-Veiras

Ce texte, à partir de fragments poétiques, est le récit de l’agonie et de la mort d’un homme écrit par celle qui l’a accompagné. Une histoire de famille face à l’inconcevable et des textes, photographies d’instants importants ou légers, qui, sans pathos, relatent des moments doux, amers, violents. Un regard plein d’acuité non dénué de tendresse qui n’oublie pas une sorte d’humour… politesse du désespoir.
Enseignante-chercheuse à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers), Sophie Roch-Veiras est spécialiste (…)

La chambre morte

1er février 2014

La chambre morte

Vous m’avez dit : « Il y a de la lumière ». Vous avez sauté par dessus le portail, dans la nuit. Franchi les quelques dizaines de mètres jusqu’au panneau de bois encadré d’un fil clair. Derrière le volet, la télé continue son bavardage. Elle se fout bien de savoir si quelqu’un l’écoute ou non, elle pond mécaniquement son train d’images.
« On va devoir entrer – Oui, forcez une porte ». L’espoir s’amenuise, mais pourtant. Je me souviens, une fois, maman n’avait pas voulu répondre, elle croyait que c’était une (…)

Des rapprochements de Bruno Normand

1er juin 2012

Des rapprochements de Bruno Normand

Etre disponible, tel est le secret, être capable d’accueillir. Des rapprochements en témoignent sans cesse. Ce qui importe, constamment, la vivacité de la sensation et de la réflexion qui en est inséparable, mais la saisie ne sera vraiment forte que si elle est transcrite aussitôt dans le langage qui convient, débarrassé enfin des entraves qui l’empêchent de vibrer.

Vélo vole d'Armelle Leclercq

1er juin 2012

Vélo vole d’Armelle Leclercq

"Flou
Enfance, délimitation du mone
Inconnue :
Croire qu’on peut marcher sur l’eau,
Qu’il suffit pour voler d’un vélo volant,
Prendre les toits de l’usine Michelin
Pour des toboggans,
Supposer que les chats griffent
avec leurs moustaches pointues."

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.