Lattès

Contact

17 rue Jacob

75006

Paris

Tu es le grand soleil qui me monte à la tête par Colette Guedj

14 février 2007

Tu es le grand soleil qui me monte à la tête par Colette Guedj

Cette anthologie dont le titre est emprunté à un magnifique poème d’Eluard réunit une centaine de poèmes d’amour dans un joli petit livre-objet. L’esprit de cet ouvrage n’est ni érudit, ni chronologique, encore moins exhaustif. Il s’agit plutôt de donner à voir les modes d’aimer qui intéressent notre sensibilité contemporaine. Quatre grands mouvements vont rythmer ce parcours : la déclaration d’amour, tour à tour tendre, sentimentale, spirituelle, ou passionnée ; l’embrasement amoureux ; la douleur d’aimer (…)

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.