Lattès

Contact

17 rue Jacob

75006

Paris

Tu es le grand soleil qui me monte à la tête par Colette Guedj

14 février 2007

Tu es le grand soleil qui me monte à la tête par Colette Guedj

Cette anthologie dont le titre est emprunté à un magnifique poème d’Eluard réunit une centaine de poèmes d’amour dans un joli petit livre-objet. L’esprit de cet ouvrage n’est ni érudit, ni chronologique, encore moins exhaustif. Il s’agit plutôt de donner à voir les modes d’aimer qui intéressent notre sensibilité contemporaine. Quatre grands mouvements vont rythmer ce parcours : la déclaration d’amour, tour à tour tendre, sentimentale, spirituelle, ou passionnée ; l’embrasement amoureux ; la douleur d’aimer (…)

Poème
de l’instant

Gérard de Nerval

« Vers dorés »

Homme ! libre penseur – te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose :
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’Univers est absent.

Respecte dans la bête un esprit agissant…
Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ;
Un mystère d’amour dans le métal repose :
Tout est sensible ; – et tout sur ton être est puissant !

Crains dans le mur aveugle un regard qui t’épie :
À la matière même un verbe est attaché…
Ne la fais point servir à quelque usage impie.

Souvent dans l’être obscur habite un Dieu caché ;
Et, comme un œil naissant couvert par ses paupières
Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres.

Gérard de Nerval, 1808-1855, « Vers dorés ».