Le Bleu du ciel

La maison d’éditions Le bleu du ciel est né en 2000. Cinq ans se sont écoulés et les contours éditoriaux se dessinent nettement avec un catalogue de 34 titres, dont deux tiers concernent de jeunes auteurs ou des premiers livres. Cette recherche de nouvelles formes d’écriture dialogue aussi avec les autres formes d’expression, tels que les arts visuels, le son, le multimédia permettant de questionner leur inter-relation. Le texte entraîne souvent des aventures qu’il faut tenter à plusieurs. Deux nouvelles collections ont vu le jour : l’une est consacrée aux documents sonores inédits, composée de coffret audio (notamment une rencontre avec Hervé Guibert) ; l’autre est consacrée à la traduction de poésie américaine (1er titre paru : l’oeuvre complète de Jack Spicer).
L’aventure de la revue murale, l’affiche de poésie, qui a inauguré la création de la structure en 1991, fête en 2006 ses 15 ans d’existence avec 40 numéros uniques réalisés par des poètes et des artistes.

Editions de poésie
Poésie étrangère
Poésie contemporaine
Editions sonores
Livres d’artistes
Revue de poésie
En 1990, Didier Vergnaud fonde L’affiche revue murale de poésie, avec le choix d’un format abribus afin de restituer la création contemporaine dans l’espace public.
Conçu comme une revue, avec une publication de trois affiches par an, chaque numéro est réalisé par des poètes contemporains et / ou des artistes.

et collection l’affiche de poésie, revue murale

Type de livres
Broché, illustré par des artistes, CD ou Cdrom

Mode de diffusion
Auto-diffusé

Année de création : 2000

Nombre de parutions par an : 12

Tirage moyen : 800

Auteurs phares : Michel Deguy, Bernard Heidsieck

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeur : Didier Vergnaud
Tél : 05 56 24 13 00
email : bleuduciel@wanadoo.fr

Contact

BP38

33230

Coutras

<i>Peep-Show</i>

1er septembre 2006

Peep-Show

Sujet : encyclopédie critique en farce du rapport (sexuel) raté.
"Il pointille les quartiers :
la poire, l’araignée,
le téton, le tendron,
le p’tit triceps et les rillons,
la vulve, la bavette,
la salopette,
la tranche de fesse"

c’est mon vocabulaire qui m’a fait ça de Jack Spicer

1er septembre 2006

c’est mon vocabulaire qui m’a fait ça de Jack Spicer

Première traduction française des 12 livres du poète américain
Jack Spicer (les 12 livres), accompagné d¹une préface de Nathalie Quintane.
Né à Los Angeles en 1925, linguiste de profession, c’est un auteur très important et pourtant mal connu en France, fragmentairement lu en revues grâce à quelques traductions (IF, action poétique) et la publication en 1990, de Billy The Kid (traduction de Joseph Guglielmi, éd. Fourbis). La singularité de cette oeuvre, sa profondeur, se combine dans nos esprits au (…)

Superadobe

1er décembre 2005

Superadobe

superadobe
[…] je ne veux compromettre cette excursion en Haute-Lusace, depuis des semaines nous nous en réjouissons (…) je déjeune confortablement afin d’être en forme car aujourd’hui nous marchons des kilomètres, nous profitons de nous retrouver entre amis dans la nature pour agiter de grands problèmes, l’occasion est trop rare (…), je me blesse involontairement de nouveau en cueillant une herbe qui poussait le long du chemin, ma blessure s’infecte, cette fois je retire de ma blessure des graines, (…)

Marquise vos beaux yeux

1er novembre 2005

Marquise vos beaux yeux

Avec Liliane Giraudon
Michelle Grangaud
Josée Lapeyrère
Anne Portugal
Collection Biennale internationale des Poètes en Val de Marne.
" quant à moi qui suis dans le rayon poésie, je ne connais
que la fiction. Je vis dedans depuis l’enfance, vivant
dans les mots. Je n’ai jamais su où était le réel. "la
réalité en face ? la quoi ?"

A surveiller de près, à punir parfois par Didier Arnaudet & Jacques Perconte

1er septembre 2005

A surveiller de près, à punir parfois par Didier Arnaudet & Jacques Perconte

Coffret audio avec un CD-audio de 41 mn + livre 48 pages, 15 euros
Dans ce jeu entre poésie (Didier Arnaudet) et musique électronique expérimentale (jacques Perconte), il est avant tout question d’un espace d’échanges et d’écoute entre les deux artistes qui se servent l’un de l’autre afin de construire un collage sonore éphémère. L’improvisation est une donnée importante de cette collaboration. La rencontre est sans cesse en expérimentation. Chaque lecture-concert s’organise à partir de « trames » : d’un (…)

Apocryphe de Lucebert

1er septembre 2005

Apocryphe de Lucebert

traduit du néerlandais par Kim Andringa et Henri Deluy. Présentation par Henri Deluy.
Quel extrême contemporain pour une langue peu répandue hors de ses frontières nationales, pour une poésie longtemps à l’écart, pour un poète néerlandais, ici et maintenant ?
Peintre de renommée internationale, considéré comme l’empereur des poètes expérimentaux de son pays, Lucebert (1924-1994) bouleverse et renouvelle, dès 1948 et dans la mouvance de COBRA, normes, formes, thèmes, inspiration dramatique, rapport au (…)

Le rideau de dentelle suivi Le ciel, seul

1er septembre 2005

Le rideau de dentelle suivi Le ciel, seul

La fiction est tombée, le décor itou.
Désormais, le paysage est au centre.
Mieux, il est un genre à part entière.
Un genre qui contient tous les autres.

Au compère de Pascal Poyet

1er juin 2005

Au compère de Pascal Poyet

Le vouvoiement est la règle du compérage.

Hervé Guibert : Lecture et entretien

1er décembre 2004

Hervé Guibert : Lecture et entretien

Constitué de lectures et d’entretiens inédits, chaque document, issu d’une lecture et d’une rencontre avec le public, sera enrichi de textes et de photographies présentés dans un livret.
Parce que la poésie s’écoute également et qu’elle dialogue depuis toujours avec d’autres formes d’expressions artistiques (sons, voix…), cette collection donnera à entendre les moments forts de quelques années décisives dans la création contemporaine.
Hervé Guibert (1955-1991) écrivain, photographe et critique est venu au (…)

Gu Wei Jin Yong (le passé sert le présent) de Jean-Marc Bailleu

1er octobre 2004

Gu Wei Jin Yong (le passé sert le présent) de Jean-Marc Bailleu

Déjà Wang Chong au début de notre ère remarquait (Lunheng, 38,5) que si l’homme aime regarder les portraits peints de personnages illustres du passé, il vaut peut-être mieux les approcher à travers leurs paroles et leurs actes consignés dans des textes qui en disent plus que la seule représentation picturale.
Extrait :
"Cigogne sous un pin.
Dragon en relief.
Fleur dans son feuillage.
Guenon épouillant son petit.
Lièvre sous un croissant de lune.
Pêcheur dans sa barque parmi des roseaux. (…)

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

Quand nous regardions depuis notre terre

Et la trame déchirée de l’espace
et du temps se trouve donc recousue
de mots

Jean-Louis Rambour, Quand nous regardions depuis notre terre, Éditions L’herbe qui tremble, 2021.