Le Bombardement de Berlin

Auteur : Armand Gatti

Le Bombardement de Berlin

Écrit en 1958, Le Bombardement de Berlin parut en 1960 dans Plus, une revue poétique bruxelloise. Ce fut, jusqu’à présent, la seule édition du poème.
Le Bombardement de Berlin se présente comme le plan d’une ville. Ce poème devient la ville bombardée par les mots, par le verbe, donnant existence à un élément complexe de l’univers, protagoniste non idéalisé du poème, le mot FEU. Écrit en majuscules, il se propage sur la feuille blanche, sur toute la ville. Le feu, ses cheminements et ses traces constituent le poème lui-même.

À l’époque de ce poème, Gatti était devenu journaliste. Lauréat du prix Albert Londres pour son « Petit Reportage dans la cage aux fauves », il devint grand reporter à travers le globe, Chine, Sibérie, Algérie, Guatemala, etc., et recherchait une autre
écriture à travers la poésie, le théâtre, le cinéma.

« Peut-être le retrouverez-vous un jour à Pékin sur le Pont du Ciel, là où les conteurs se succèdent pour raconter, croit-on, la même histoire, en vérité la même histoire mais toujours différente car chacun en porte la version vraie dont il est le témoin unique. »

Marc Kravetz, Extrait du site Internet de la Parole Errante.

Paru le 1er février 2010

Éditeur : Aencrages&Co

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.