Le Castor Astral

Poésie contemporaine

Mode de diffusion
Volumen

Année de création : 1975

Nombre de parutions par an : 8 pour la poésie

Tirage moyen : 1000

Accepte de recevoir des manuscrits (mais les chances d’être publié sont minimes - sur une réception de 1500 manuscrits, un seul est publié)

Contact : Jean-Yves Reuzeau
tél : 01 48 40 14 95
castor.editeur@wanadoo.fr
jyreuzeau@wanadoo.fr

Contact

52 rue des Grilles

93500

Pantin

A l'ouest des ombres

1er juin 2016

A l’ouest des ombres

Coédition avec la Maison de la poésie de la ville de Rennes.
Ce recueil se présente comme un appel face à la haine. Nous sommes les enfants de Caïn : de ceux qui ont tué et survécu. Comment éveiller la part d’Abel qui reste en nous ? Comment ne jamais oublier que tout vainqueur est un vaincu potentiel ? Comment se mettre en garde contre les Ombres, qui ont vite fait de nous envahir ?
Ici, le poète dénonce le temps perdu par l’individu et le collectif à chercher les paradis perdus : l’entre-soi idéal. (…)

Mexico la nouvelle poésie mexicaine

1er juin 2016

Mexico la nouvelle poésie mexicaine

Préface de Philippe Ollé-Laprune, spécialiste des littératures hispaniques d’Amérique, qui vit à Mexico où il a été directeur du Bureau du livre de l’Ambassade de France au Mexique. Il est notamment l’auteur de Cent ans de littérature mexicaine et Europe-Amérique latine, les écrivains vagabonds (La Différence, 2007 et 2014).
Cette anthologie voulue par le ministère de la Culture mexicain, réunit les vingt principaux poètes mexicains âgés de moins de 50 ans. S’y rencontrent des poètes alliant un art (…)

<i>Inuits dans la jungle n°7</i>

1er juin 2016

Inuits dans la jungle n°7

Tendances de la poésie d’Amérique latine
Coral Bracho
Yolanda Pantin
Mayra Oyuela
Hugo Guittierez Vega
Helena Eriksson
André Velter
Thomas Vinau
Chantal Dupuy-Dunier
Gabriel Zimmermann

Qui vient de loin

1er mai 2016

Qui vient de loin

Un recueil qui évoque la mort de manière bouleversante. Ces pages datent d’alarmes et d’hospitalisations successives pour l’auteur. Mais loin de tomber dans un malheur absolu, Marie-Claire Bancquart en tire une expérience plus profonde du vécu et de la poésie. La poète se sent plus que jamais en communauté avec les animaux et la terre. Et, l’alarme macabre passée, elle peut désormais percevoir une corrélation étroite entre ce qui est infime et la marche même du (…)

Solitudes en terrasse

1er mars 2016

Solitudes en terrasse

Solitudes en terrasse est un livre d’heures liquides et de songeries embrumées. Deux cent vingt-sept portraits littéraires constituent un panorama affectueux et oblique de la littérature. Avec avant tout les grands poètes du XXe siècle, de Pessoa à Michaux, de Celan à Brautigan. Avec aussi quelques figures de naguère, tels Villon, Rutebeuf, Rimbaud ou Verlaine. Avec moult silhouettes de la prose souveraine, tels Flaubert, Bloy ou Zweig. Sans oublier les humoristes à l’âme noire ni les irréguliers (…)

La main de brouillard de Nicolas Rozier

1er mars 2016

La main de brouillard de Nicolas Rozier

Poème pour Francis Giauque
Nicolas Rozier signe un recueil écrit en hommage à Francis Giauque (1934-1965), l’un des principaux poètes maudits francophones du XXe siècle.
La vie tragique de Giauque est indissociable de son œuvre. Elle forme en elle- même une matière poétique.
Poète fraternel, Nicolas Rozier est ici l’auteur d’un ensemble bouleversant, qui dénonce l’enfermement dans la maladie, l’échec et l’humiliation. Une ode à la force poétique et aux appels les plus obscurs du désespoir et de la (…)

La Maye

1er mars 2016

La Maye

Petit fleuve côtier, la Maye chemine jusqu’à la Baie de Somme où elle disparaît dans la mer qui la recouvre à marée montante.
Le poème de La Maye est une œuvre musicale et philosophique, alternant textes en prose et textes en vers, unissant l’espace terrestre mesuré aux constellations de la voûte céleste.
La Maye célèbre l’eau et la fluidité, l’orientation liquide d’une vie ouverte à l’aléatoire et aux rencontres humaines, le périple qui mène chacun de nous d’une source à la polyphonie des vagues de (…)

Le petit affluent de la Maye

1er mars 2016

Le petit affluent de la Maye

Autobiographie de l’espèce humaine
Petit fleuve côtier, la Maye chemine jusqu’à la Baie de Somme où elle disparaît dans la mer qui la recouvre à la marée montante.
Le poème de La Maye est une œuvre musicale et philosophique, alternant textes en prose et textes en vers, unissant l’espace terrestre mesuré aux constellations de la voûte céleste.
La Maye célèbre l’eau et la fluidité, l’orientation liquide d’une vie ouverte à l’aléatoire et aux rencontres humaines, le périple qui mène chacun de nous d’une source (…)

Satori Express

1er janvier 2016

Satori Express

À la fois célébration, méditation et variation, Satori Express revisite une certaine tradition de l’éloge (Gérard de Nerval, Antonin Artaud, Roger Gilbert-Lecomte, Joë Bousquet, Jean- Pierre Duprey, Herman Melville, Jack Kerouac) et de l’hommage aux lieux « électifs » (Venise, New York, Bénarès). Zéno Bianu consacre également un chapitre aux grandes figures jazzistiques qui l’ont inspiré, notamment Thelonious Monk et John Coltrane. Le rythme, les scansions, les courtes proses en interludes, les poèmes de (…)

Ce qui est écrit change à chaque instant 40 d'édition / 101 poètes

1er juin 2015

Ce qui est écrit change à chaque instant 40 d’édition / 101 poètes

Anthologie
40 ans d’édition, 101 poètes

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.