Le Castor Astral

Poésie contemporaine

Mode de diffusion
Volumen

Année de création : 1975

Nombre de parutions par an : 8 pour la poésie

Tirage moyen : 1000

Accepte de recevoir des manuscrits (mais les chances d’être publié sont minimes - sur une réception de 1500 manuscrits, un seul est publié)

Contact : Jean-Yves Reuzeau
tél : 01 48 40 14 95
castor.editeur@wanadoo.fr
jyreuzeau@wanadoo.fr

Contact

52 rue des Grilles

93500

Pantin

Qui surligne le vide avec un cœur fluo ? de Fabrice Melquiot

1er mars 2012

Qui surligne le vide avec un cœur fluo ? de Fabrice Melquiot

« Je voudrais qu’écrire de la poésie soit la chose la plus simple du monde. Je voudrais que ce soit simple d’en lire. Je voudrais que ce soit donné à tout le monde. Je voudrais que tout le monde sache que c’est simple et que c’est donné. Je voudrais que chaque poème se rêve en amant, ami, père ou musique. Je voudrais que, plus tard, ma fille lise ces poèmes sans penser que son père est un ringard. Je voudrais parler à chacun comme à un ami. Je voudrais que chacun reçoive ces poèmes comme une solide Qui (…)

John Coltrane (méditation)

1er mars 2012

John Coltrane (méditation)

Musicien culte, considéré comme le saxophoniste le plus révolutionnaire et le plus influent de l’histoire du jazz, John Coltrane n’a cessé de mener une quête fascinante. Du be-bop au free-jazz, transcendant toutes les étiquettes, annonçant toutes les avant-gardes, il a porté sa musique à un niveau d’expression jamais atteint.
Comme disait Miles Davis : « John Coltrane s’est lui-même transformé en diamant. » Multipliant les aventures musicales les plus singulières, il a inventé une modernité radicale, (…)

<i>Nous nous attendons</i>

1er mars 2012

Nous nous attendons

Dans L’Ange nécessaire, Wallace Stevens affirrme que le poète « se réalise seulement lorsqu’il voit son imagination devenir lumière dans l’esprit des autres ». Ainsi peut-il « aider les gens à vivre leur vie ». En d’autres termes, le travail de l’imagination est d’éclairer le monde existant, mais sans se confondre avec lui : résister tout autant que répondre à « la pression de la réalité ». Or, un peintre, depuis des décennies, accomplit cela avec force et discrétion. Vous ne verrez dans ce livre aucun tableau (…)

Notes d'un griot de Los Angeles Griot Notes from L.A. de Kamau Daáood

1er mars 2012

Notes d’un griot de Los Angeles Griot Notes from L.A. de Kamau Daáood

L’AUTEUR Kamau DAÁOOD, poète natif de Los Angeles, participe activement à la scène artistique afro-américaine angelina depuis une quarantaine d’années. Adolescent lors des émeutes raciales de Watts de 1965, il fait ses premières armes auprès des poètes et écrivains de la Watts Writers Workshop, dans un quartier marqué par un renouveau des arts communautaires. À la fin des années 1960, il rejoint le célèbre Pan African People’s Arkestra de Horace Tapscott, pianiste hors pair dédié corps et âme à la (…)

De chair et de mots

1er mars 2012

De chair et de mots

Parce que « nous sommes des êtres de chair et de mots », ainsi qu’il le répète, Michel Baglin a toujours cru que « le chant exige et la langue et la peau ». Cette anthologie couvrant un parcours de presque quarante ans témoigne de cette recherche d’équilibre. « Les mots nous blessent et la blessure nous invente. » Pas de fuite ici : on y fait « allégeance à la lumière, à la terre, à la pluie, au navire en partance, à la fontaine claire comme à l’alcool des nuits ». On se détourne du paysage intérieur pour (…)

Cette âme perdue

1er septembre 2011

Cette âme perdue

Cette suite de poèmes s’apparente au journal intime. Le carnet intitulé Cette âme perdue a été ouvert le 20 février 2010 près de la mer du Nord. Ses dernières pages datent de fin avril 2010. Ecrits au jour le jour, ces poèmes témoignent de ce que, dans Alma perdida, Valéry Larbaud évoque : "Poésie de choses banales/ Hauts et bas du temps et du tempérament."

Ma maison de guerre

1er juillet 2011

Ma maison de guerre

« Je suis un drôle qui croit pouvoir se faire un monde, une maison avec des mots qui ne seraient même pas les siens. Parce que certains voudraient que les mots aussi aient leurs appartenances. Et les mots se laissent avoir, se laissent enfermer dans tous les enclos. Ils se mettent dans toutes les bouches, s’épuisent à toutes les besognes comme si un ressort avait dû céder dans la langue.
Mais je crois au verbe, à la force instituante de la parole. L’essentiel serait de retrouver le ressort cassé, (…)

Soleils au poing

1er juin 2011

Soleils au poing

Préface de Patrice Delbourg
Poèmes 1968-2010
"Nos baisers n’ont pas d’âge
Quand nous reprenons l’enfance dans nos bras."

<i>Le dépositaire</i>

1er juin 2011

Le dépositaire

Dans l’exploration du temps qu’elle suppose, la poésie s’adonne autant au présent qu’à la mémoire. • La première partie de ce livre recueille (mais n’est-ce pas « lire » ?). Ce n’est pas le passé qui est alors envisagé, mais l’instant tel qu’il peut s’offrir, sans extases dûment affichées, ni portes ouvertes aux regrets. Le vers libre est plutôt construit pour aboutir, par segments, à des maximes provisoires. Il est attentif à son apparition. • Les trois autres séquences, dont la deuxième et la troisième, plus (…)

UNS

26 mai 2011

UNS

Préface de Jean-Luc Nancy Dessins de Winfried Weit
Celui qui écrit ici ne se complaît pas en mystères savants ou naïfs. Il nous sait en suspens et en manque de mots : non pas de vocabulaire, mais de mots qui communiquent avec « ce qui, dans la terre, ne se formule pas ». Car c’est bien cela, forcer l’existence : c’est la faire sortir, jaillir hors de soi. Hors du circuit
des significations posées et enchaînées, égrenées, dévidées.
Jean-Luc (…)

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.