Le Castor Astral

Poésie contemporaine

Mode de diffusion
Volumen

Année de création : 1975

Nombre de parutions par an : 8 pour la poésie

Tirage moyen : 1000

Accepte de recevoir des manuscrits (mais les chances d’être publié sont minimes - sur une réception de 1500 manuscrits, un seul est publié)

Contact : Jean-Yves Reuzeau
tél : 01 48 40 14 95
castor.editeur@wanadoo.fr
jyreuzeau@wanadoo.fr

Contact

52 rue des Grilles

93500

Pantin

La réinvention de l'oubli

1er mai 2011

La réinvention de l’oubli

"Ma mère me dit où ai-je mis
LA LUNE
et elle pose la lune dans l’évier :
puis elle me dit la lune me glisse du cerveau
et elle roule je ne sais où à l’intérieur :
puis elle se tait si définitivement que je me dis
qu’elle a tout dit et que le silence ultime existe :
puis la lune dans l’évier se rappelle
à mon souvenir si définitivement
que je me dis qu’elle aussi a tout dit
et que le silence ultime (…)

La combustion de l’ange

1er mars 2011

La combustion de l’ange

Poèmes 1956-2011
Préface de Bernard Noël
"Tout ressemblait à ces fleurs
qui n’ont plus force de vivre
et je voyais fuir la rive
d’un passé encor saignant
agitant vers moi ses doigts d’étoiles
tandis que mon coeur jouait
avec les fruits du langage (…)"

Tissus mis par terre et dans le vent

1er juin 2010

Tissus mis par terre et dans le vent

« Depuis un premier livre paru aux éditions Le Castor Astral, Bocaux, bonbonnes, carafes et bouteilles (comme), en 1986, déjà accompagné de photographies de Bernard Abadie, j’avais le désir de poursuivre ma rêverie / réflexion dans la proximité des formes et des couleurs des photographies. J’avais aussi le désir de revenir sur le motif du “linge”, modulé ici en “tissus”. Et Bernard m’ayant montré une série de photos, l’ensemble Tissus mis par terre et dans le vent fut le produit de cette nouvelle rencontre. (…)

Ces moments-là

1er juin 2010

Ces moments-là

Préface d’Eric Holder
"Poète à la voix claire et au regard aigu, François de Cornière a la passion du silence et de la solitude qui décuplent l’écoute, grandissent l’espace, alimentent le souffle. Sans jamais hausser le ton, il donne de la hauteur aux sursauts du quotidien, aux perceptions cocasses ou tendres, aux surprises du temps qui passe, à l’amitié d’un geste ou d’une parole. Ce n’est pas un contemplateur béat du quotidien ; il est poète, il sait la difficulté de dire justement les choses et il sait (…)

Couleurs femmes, 57 poèmes de femmes

1er mars 2010

Couleurs femmes, 57 poèmes de femmes

anthologie éditée par Le Castor Astral et le Nouvel Athanor
Co-édition Printemps des Poètes
Autant d’univers intérieurs, de pensées et de formes que de poètes ici réunis. La plupart des textes sont inédits. Sans relever d’une « écriture » spécifiquement féminine, ils redonnent simplement une juste place aux femmes dans la création poétique. Au-delà de sa singularité, ce livre aux « couleurs femmes » est donc avant tout une invitation à découvrir avec plaisir et étonnement la poésie contemporaine (…)

Black Billie

1er mars 2010

Black Billie

"Dramatique rieuse ce soir Billie
Tu joues le bonheur distanciée
Tu ajoutes de rares vocalises
Tu entends garder la tête haute
Plus légère tu incarnes la douleur
Une fleur blanche aux cheveux
Un sourire vers l’assistance ce soir
Nombreuse elle aussi joueuse
Tu ne triches pas tu chantes
L’autre côté des choses tu dis
La joie l’amour et se disperse
Une noirceur te dévore avec voracité
Tu n’es pas dupe tu sais tu affrontes
A bout de voix ce qui (…)

Jimi Hendrix (aimantation)

1er mars 2010

Jimi Hendrix (aimantation)

"Ultimes bruits
mille voix chuchotent
les clameurs s’estompent
je sens le vent de ma respiration
seul
mon souffle subsiste
je sens la vitesse de la lumière
je sens la vitesse
de l’infini
la vitesse de l’immensité
and the wind it whispers Mary"

Ton monde est le mien

1er décembre 2009

Ton monde est le mien

39 poètes contemporains, anthologie présentée par Guy Rouquet

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.