Le Castor Astral

Poésie contemporaine

Mode de diffusion
Volumen

Année de création : 1975

Nombre de parutions par an : 8 pour la poésie

Tirage moyen : 1000

Accepte de recevoir des manuscrits (mais les chances d’être publié sont minimes - sur une réception de 1500 manuscrits, un seul est publié)

Contact : Jean-Yves Reuzeau
tél : 01 48 40 14 95
castor.editeur@wanadoo.fr
jyreuzeau@wanadoo.fr

Contact

52 rue des Grilles

93500

Pantin

De chair et de mots

1er mars 2012

De chair et de mots

Parce que « nous sommes des êtres de chair et de mots », ainsi qu’il le répète, Michel Baglin a toujours cru que « le chant exige et la langue et la peau ». Cette anthologie couvrant un parcours de presque quarante ans témoigne de cette recherche d’équilibre. « Les mots nous blessent et la blessure nous invente. » Pas de fuite ici : on y fait « allégeance à la lumière, à la terre, à la pluie, au navire en partance, à la fontaine claire comme à l’alcool des nuits ». On se détourne du paysage intérieur pour (…)

Cette âme perdue

1er septembre 2011

Cette âme perdue

Cette suite de poèmes s’apparente au journal intime. Le carnet intitulé Cette âme perdue a été ouvert le 20 février 2010 près de la mer du Nord. Ses dernières pages datent de fin avril 2010. Ecrits au jour le jour, ces poèmes témoignent de ce que, dans Alma perdida, Valéry Larbaud évoque : "Poésie de choses banales/ Hauts et bas du temps et du tempérament."

Ma maison de guerre

1er juillet 2011

Ma maison de guerre

« Je suis un drôle qui croit pouvoir se faire un monde, une maison avec des mots qui ne seraient même pas les siens. Parce que certains voudraient que les mots aussi aient leurs appartenances. Et les mots se laissent avoir, se laissent enfermer dans tous les enclos. Ils se mettent dans toutes les bouches, s’épuisent à toutes les besognes comme si un ressort avait dû céder dans la langue.
Mais je crois au verbe, à la force instituante de la parole. L’essentiel serait de retrouver le ressort cassé, (…)

Soleils au poing

1er juin 2011

Soleils au poing

Préface de Patrice Delbourg
Poèmes 1968-2010
"Nos baisers n’ont pas d’âge
Quand nous reprenons l’enfance dans nos bras."

<i>Le dépositaire</i>

1er juin 2011

Le dépositaire

Dans l’exploration du temps qu’elle suppose, la poésie s’adonne autant au présent qu’à la mémoire. • La première partie de ce livre recueille (mais n’est-ce pas « lire » ?). Ce n’est pas le passé qui est alors envisagé, mais l’instant tel qu’il peut s’offrir, sans extases dûment affichées, ni portes ouvertes aux regrets. Le vers libre est plutôt construit pour aboutir, par segments, à des maximes provisoires. Il est attentif à son apparition. • Les trois autres séquences, dont la deuxième et la troisième, plus (…)

UNS

26 mai 2011

UNS

Préface de Jean-Luc Nancy Dessins de Winfried Weit
Celui qui écrit ici ne se complaît pas en mystères savants ou naïfs. Il nous sait en suspens et en manque de mots : non pas de vocabulaire, mais de mots qui communiquent avec « ce qui, dans la terre, ne se formule pas ». Car c’est bien cela, forcer l’existence : c’est la faire sortir, jaillir hors de soi. Hors du circuit
des significations posées et enchaînées, égrenées, dévidées.
Jean-Luc (…)

La réinvention de l'oubli

1er mai 2011

La réinvention de l’oubli

"Ma mère me dit où ai-je mis
LA LUNE
et elle pose la lune dans l’évier :
puis elle me dit la lune me glisse du cerveau
et elle roule je ne sais où à l’intérieur :
puis elle se tait si définitivement que je me dis
qu’elle a tout dit et que le silence ultime existe :
puis la lune dans l’évier se rappelle
à mon souvenir si définitivement
que je me dis qu’elle aussi a tout dit
et que le silence ultime (…)

La combustion de l’ange

1er mars 2011

La combustion de l’ange

Poèmes 1956-2011
Préface de Bernard Noël
"Tout ressemblait à ces fleurs
qui n’ont plus force de vivre
et je voyais fuir la rive
d’un passé encor saignant
agitant vers moi ses doigts d’étoiles
tandis que mon coeur jouait
avec les fruits du langage (…)"

Tissus mis par terre et dans le vent

1er juin 2010

Tissus mis par terre et dans le vent

« Depuis un premier livre paru aux éditions Le Castor Astral, Bocaux, bonbonnes, carafes et bouteilles (comme), en 1986, déjà accompagné de photographies de Bernard Abadie, j’avais le désir de poursuivre ma rêverie / réflexion dans la proximité des formes et des couleurs des photographies. J’avais aussi le désir de revenir sur le motif du “linge”, modulé ici en “tissus”. Et Bernard m’ayant montré une série de photos, l’ensemble Tissus mis par terre et dans le vent fut le produit de cette nouvelle rencontre. (…)

Ces moments-là

1er juin 2010

Ces moments-là

Préface d’Eric Holder
"Poète à la voix claire et au regard aigu, François de Cornière a la passion du silence et de la solitude qui décuplent l’écoute, grandissent l’espace, alimentent le souffle. Sans jamais hausser le ton, il donne de la hauteur aux sursauts du quotidien, aux perceptions cocasses ou tendres, aux surprises du temps qui passe, à l’amitié d’un geste ou d’une parole. Ce n’est pas un contemplateur béat du quotidien ; il est poète, il sait la difficulté de dire justement les choses et il sait (…)

Poème
de l’instant

Juneau

Had I been there
Looking across at the glacier
And wondering why it recedes
And does not advance,
I would surely have gone
To the little cafe on the wharf
And lunched on fresh halibut.
I would have been
Where I ought to have been,
In my mind, fishing deep waters.

N. Scott Momaday, « Juneau », apulée, Éditions Zulma, 2021.