Le Cœur vivant des ombres

de Delphine Durand

Le Cœur vivant des ombres

Peintures : Hubert Haddad

« On sort, revient ou ne revient pas de ces pages sans être quelque peu pantelant. C’est que Le cœur vivant des ombres possède une telle intensité, expressive, sensible, historique, personnelle, universelle, ô combien singulière toutefois, recèle de telles fulgurances et brasse tant de vies en son apocalypse que l’on en titube, stupéfait, bouleversé par ce qui rassemble tout l’amour, toutes les profanations et toute l’innocence du monde. Nous sommes confrontés, ici, à une espèce de cime vertigineuse : tout pourrait dès lors s’écrouler, s’envaser dans la fange nauséeuse du temps et des horreurs subies, mais tout s’éveille, ou bruit, battements d’ailes et carcasses d’anges dont on recueillerait les cendres, passion, étreinte, si bien que c’est un chant qui s’élève, né du paroxysme affectif autant que d’une égarante bonté. » Lionel Bourg

Paru le 16 octobre 2020

Éditeur : Le Réalgar

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Georges Didi-Huberman

Survivance des lucioles

Les lucioles, il ne tient qu’à nous de ne pas les voir disparaître. Or, nous devons pour cela, assumer nous-mêmes la liberté du mouvement, le retrait qui ne soit pas repli, la force diagonale, la faculté de faire apparaître des parcelles d’humanité, le désir indestructible. Nous devons donc nous-mêmes - en retrait du règne et de la gloire, dans la brèche ouverte entre le passé et le futur - devenir des lucioles et reformer par là une communauté du désir, une communauté de lueurs émises, de danses malgré tout, de pensée à transmettre. Dire oui dans la nuit traversée de lueurs, et ne pas se contenter de décrire le non de la lumière qui nous aveugle.

Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Éditions de Minuit, 2009.