Le port a jauni

« Les éditions Le port a jauni sont basées à Marseille, où certains jours de pluie, le port a jauni.

Nos livres sont choisis pour leur dimension poétique et artistique. Certains albums initialement publiés en Égypte, au Liban ou au Soudan sont traduits de l’arabe et adaptés dans une version bilingue (collection Albums arabes). D’autres sont issus d’une création et jouent avec le double sens de lecture du français et de l’arabe : parfois le livre tourne et retourne comme une roue, parfois il se lit comme un calendrier, ou encore de gauche à droite et de droite à gauche comme un palindrome linguistique (collection À double sens). La série Promenade en bord de mer propose à deux artistes du bord de la Méditerranée d’écrire et illustrer sur un même thème deux histoires qui sont rassemblées dans un même livre. La collection Poèmes propose un voyage pour les enfants dans l’univers de la poésie arabe traduite et adaptée, et dans des écrits contemporains illustrés. La collection Histoires courtes est dédiée à de courts romans ou recueils de nouvelles bilingues et illustrés, pour des lecteurs adolescents. »

Contact

58, rue des Trois Frères Barthélémy

13006

Marseille

Roubaiyat de printemps

1er mars 2018

Roubaiyat de printemps

poèmes de Salah Jahine * illustrations de Walid Taher traduit de l’arabe (dialecte égyptien) par Mathilde Chèvre
Les Roubaiyat sont des quatrains. Philosophiques, humoristiques, ludiques, ils s’achèvent toujours par une exclamation déconcertée ‘agabî ! (que l’on a traduite par « bizarre, bizarre ! »). Les poèmes sont écrits en dialecte égyptien et jouent avec la truculence de cette langue. Ces quatrains sont une méditation sur la vie, la mort, la joie, le temps qui passe, l’innocence, l’absurdité du (…)

Le Café lui sert de départ

9 novembre 2017

Le Café lui sert de départ

Illustrations de Benoît Guillaume.
Traduit en arabe par Golan Haji.
Le café lui sert de départ est le nom de la première nouvelle du recueil construit au fil des années et de ses déambulations urbaines par Nathalie Bontemps, arabisante et traductrice distinguée de la langue arabe ayant vécu plus de dix ans en Syrie. De Marseille à Damas, de Beyrouth à Paris, les nouvelles se succèdent comme autant de portraits de villes. L’écriture est intérieure et profonde, elle s’attache au ressenti des villes, à (…)

Poèmes sur un fil

1er novembre 2017

Poèmes sur un fil

poèmes de Géraldine Hérédia * illustrations de Clothilde Staës
traduit en arabe par Nada Issa
Ces Poèmes sur un fil sont dédiés au monde du cirque. Poème à l’équilibre, à la déambulation, au nomadisme, aux instants de magie éphémère, à la solitude du filambule, à celui qui balaie la piste avant le spectacle, à celui qui éteint les lumières, à la gitane qui traverse la piste, à toutes nos chaussures, aux danseuses qui réveillent la terre, au chant… Chaque poème comprend le mot fil, tendu de page en page par (…)

Poèmes de roches et de brumes

1er septembre 2017

Poèmes de roches et de brumes

poèmes de Carl Norac * illustrations de Arno Célérier
traduit en arabe par Nada Issa
“En oiseau curieux ou garçon trop grand, je suis entré dans ces paysages secrets aux couleurs voyageuses, en pensant que les roches et les brumes nous parlent et qu’il faut seulement savoir les écouter.” Ainsi commencent les Poèmes de roches et de brumes où matières brutes et volutes se frottent, se frôlent et se mêlent dans les poèmes de Carl Norac et les illustrations d’Arno Célérier, entre masses de papiers (…)

Poèmes du soir

1er mars 2016

Poèmes du soir

Dessins et collages de Corinne Dentan.
Traduit en arabe par Georges Daaboul.
Les Poèmes du soir sont une ritournelle dédiée à ce qui nous fait peur, le minuscule qui grouille sous la terre ou qui farfouille dans le noir… Ce sont des poèmes autour du thème du crépuscule et du mystère, de la nuit, avec pour consigne la comptine, le jeu de mots, les allitérations en –oir et en –uit. Géraldine Hérédia (auteure de Poèmes en paysages) a travaillé à partir d’illustrations déjà réalisées par Corinne Dentan, des (…)

Le chant du berger

1er septembre 2015

Le chant du berger

Illustrations de Mathilde Chèvre.
Traduit en arabe par Raed Nakshbandi.
Le chant du berger est une ode profondément inspirée des codes et des images de la poésie arabe du désert. Le chant décrit la journée d’un berger au cours de laquelle rien ne se passe, aucun événement, seul le temps continu d’une journée qui s’égrène et d’un enfant berger dont le corps se confond avec les éléments. Les illustrations sont inspirées des paysages arides du sud de la Syrie, mêlant les roches noires et chaotiques, les (…)

Alifbata

1er septembre 2011

Alifbata

Traduction en arabe par Rania Fathy.
Traduction en français par Mathilde Chèvre.
Illustrations de Zeynep Perinçek.
Poèmes écrits par Géraldine Hérédia, Thomas Azuélos, Ramona Badescu, Rania Fathy, Richard Jacquemond, Raouf Karray, Salah Jahine, Raphaële Frier, Mathilde Chèvre, Mo Abbas, Nathalie Bontemps, Fatima Charafeddine, Mohamed Berrada, Martine Gillet, Catherine Estrade, Najat Azira, Lena Merhej, Sahar Mandour, Mariam Farah, Manuel Sartori, Fedaila Djarir
Alifbata est un alphabet arabe (…)

Poème
de l’instant

Philip Larkin

Où vivre, sinon ?

Est-ce pour maintenant ou pour toujours
Que le monde est pendu à une tige ?
Est-ce pour un rendez-vous ou par ruse,
Ces bois trouvés pour aller faire un tour ?

Est-ce miracle ou mirage
Si vers les miennes se lèvent tes lèvres ?
Et les soleils, comme des balles de jongleurs,
Sont-ils une feinte ou un gage ?

Darde tes feux, mon ange surprenant,
Faisant front de tes seins à la peur coupe court,
Te prenant maintenant, je te prends pour toujours,
Car le toujours est toujours cet instant.

Philip Larkin, Où vivre, sinon ?, Traduit de l’anglais par Jacques Nassif, Éditions de la Différence, 1994.