Le bonheur ne dort que d’un œil de Lise Mathieu

Le bonheur ne dort que d'un œil de Lise Mathieu

Le bonheur ne dort que d’un oeil est un long poème de la contemplation, du recueillement et de la méditation, où, d’une manière générale, la nature tout entière est convoquée pour constituer l’âme du recueil : l’eau, la pluie, les saisons, les odeurs de terre et d’eau, le parfum des feuilles mortes, les cycles du jour et de la nuit. Le traitement auquel les éléments sont soumis témoigne du respect que leur voue Lise Mathieu, qui a l’art de les présenter incarnés, vivants, dotés de sens, qui voient, qui sentent. Il s’agit aussi d’un poème de la persévérance, de la patience, de la vigilance et de l’espérance, où la mélancolie veille toujours sur la joie de l’écriture en y injectant son inquiétude, ses remords, sa densité de panique, ses prévisions de catastrophe personnelle ou universelle. Ce n’est pas sans frémissement ni un certain éblouissement qu’on pénètre dans cet univers.

Prix de poésie Max-Pol Fouchet

Paru le 1er avril 2007

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.