Le bousquet-La barthe éditions

éditer des livres et brochures en tirage limité (20 à 500 exemplaires)

Contact

Le Mazeldan, 48400 Barre-des-Cévennes

48400

Barre-des-Cévennes

vies particulaires de Maurizio Cucchi

1er septembre 2014

vies particulaires de Maurizio Cucchi

traduction de poèmes par Bernard Vanel en édition bilingue
tiré à cinq cents exemplaires sur papier olin par gérard bourdarias
le baiser de bonne nuit
Bientôt nous serons toi et moi sans durée désormais
engloutis sans tourments ou sans joies, sans
corps ni afflictions, absorbés dans un nuage,
dans une bulle d’air définitive.

Musique de chambre de James Joyce

1er juin 2013

Musique de chambre de James Joyce

Traduction en vers réguliers et rimés par Adrien Louis
Préface de Jacques Aubert
Comme ta voix m’accompagnait
J’ai attisé sa peine,
Pour cette main que je tenais
De nouveau dans la mienne.
Nulle parole ou aucun geste
Ne pourront excuser -
Du vieil ami, or ne me reste
Pas plus qu’un étranger.

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage