Le chant des possibles de Marc Alexandre Oho Bambe

Le chant des possibles de Marc Alexandre Oho Bambe

Habité par la parole tambour du peuple Sawa qui lui donne racines et liberté, Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre, livre un texte d’aujourd’hui, nourri d’hier et résolument tourné vers demain, qui épouse la forme irremplaçable du format papier, poursuivant le chemin d’écriture des aînés, tout en se déployant à l’infini dans l’univers sonore et visuel du poète touche-à-tout et slameur schizophone, dandy de grand chemin et infatigable cré-acteur de liens et d’utopies contemporaines. Premier titre de la Collection Harlem Renaissance à La Cheminante, Le Chant des possibles est un Livre LIVE. Grâce à un flash code intégré dans le recueil, chaque lecteur est invité, à se perdre, et se retrouver aussi dans d’autres médias (musique, vidéo, graphisme, photo) illustrant le propos poétique de l’auteur, qui vit et respire au rythme de mots bleus, passerelles entre les îles du monde. Chaque lecteur est invité, à découvrir et redécouvrir sans cesse le livre sous d’autres formes numériques, jusqu’au poème final, à vivre en live, lors des concerts littéraires donnés par Capitaine Alexandre et ses invités, recréant le temps d’instants diamant, le mélange artistique qui fit la renommée du Mouvement de Harlem. Le Chant des possibles invite à lâcher prose, céder à l’amour, et rester à l’écoute des éclats de silence : échos du murmure du monde, bruits du cœur, tintamarre des rêves, brouhaha de la vie … " - Extrait de la Quatrième de couverture

Paru le 1er janvier 2010

Éditeur : La cheminante

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.