Le corsaire

de Lord Byron

Le corsaire

Édition et traduction de l’anglais par Jean Pavans
Édition bilingue

Cette édition éclaire d’un jour nouveau la poésie de Lord Byron (1788-1824), et plus particulièrement son rapport à l’Orient. Elle rassemble quatre œuvres en vers (trois poèmes narratifs : Le Corsaire, Le Giaour, Mazeppa ; et une ode : Oraison vénitienne).
L’aspect novateur du projet consiste à proposer une traduction neuve qui ne privilégie pas le respect contraignant de la métrique aux dépens du rythme et du sens. La forme est donc versifiée mais garde une certaine liberté : ces poèmes orientaux sont des récits d’action et de superbes romans d’aventure, et il était essentiel d’en préserver l’élan.
Par leur influence sur de nombreux artistes (Hugo, Pouchkine, Tchaïkovski, Liszt, Delacroix… ), leur beauté et leur modernité, ces quatre œuvres orientales constituent une référence incontournable, et il est important de les rendre à nouveau accessibles au public curieux des œuvres fondatrices de la poésie européenne.

Paru le 25 avril 2019

Éditeur : Gallimard

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.