Le diable, l’assaisonnement

Auteur : Denis Montebello

Le diable, l'assaisonnement

Après Fouaces et autres viandes célestes, pour lequel Denis Montebello a reçu le Prix du Livre en Poitou-Charentes, Le Prix des Mouettes et le Prix Erkmann-Chatrian, voici le deuxième volume d’une série de chroniques gourmandes par cet amoureux des saveurs et des mots qu’il arpente et qu’il prend par la racine.
Au même, pour l’inviter à un dîner poétique. À un de ces repas virgiliens comme en écrivit Pétrarque, avec des fruits mûrs, des châtaignes moelleuses et du fromage frais en abondance.
À l’autre aussi, parce que M. Léopold Bloom ne se contentait pas d’un sandwich au fromage. Prendrait volontiers quelques olives s’il y en avait. Préfère celles d’Italie. Une brave salade fraîche comme l’innocence. À condition qu’elle soit relevée comme il faut. Huile d’olive pure. « Dieu a fait l’aliment, dit-il, le diable l’assaisonnement ».

Paru le 1er mars 2007

Éditeur : Le Temps qu’il fait

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997