Le (je) de Léna

Auteur : Carole Darricarrère

<i>Le (je) de Léna</i>

Le (Je) de Léna est le portrait d’une silhouette filante au profil fuyant, femme-poème dont les multiples disparitions obsèdent le livre.
L’homme et le texte sont de la même façon victimes de leurs propres chimères, prisonniers de leurs limites, et impuissants à apprivoiser l’énigme qui fonde leur existence. Cette énigme est pour l’homme son féminin tutélaire, pour la littérature, la source qui l’alimente, et pour l’être, modelé dans l’argile de son enveloppe charnelle, son reflet lumineux.
C’est au sein de cette errance que le livre conduit cette triple quête : sensuelle, poétique, et spirituelle. Trois facettes croisées d’une seule et même note obstinément tenue.

Paru le 1er novembre 2004

Éditeur : Melville éditions/ Editions Léo Scheer

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.