Le miel de L’ours

Qu’est-ce que Le Miel de l’Ours ?
Le Miel de l’Ours est une petite maison d’éditions genevoise,
fondée en 2004, spécialisée en poésie, qui propose des ouvrages
bon marché & de qualité.
Les écrivains reconnus et inconnus sont mélangés.
Notre désir est d’offrir la possibilité à de nouveaux auteurs
de publier leur premier recueil.
Particularité : chaque exemplaire est numéroté et signé à la main.
Nous tentons de réunir des poètes de toute la Suisse romande,
comme Georges Haldas, Jacques Chessex, Jacques Roman,
Vahé Godel, Sylviane Dupuis…
voire Jean-Michel Olivier, le romancier Prix Interallié !
Nous traversons aussi les frontières : Joël Bastard et Charles Juliet,
deux écrivains français renommés, nous ont rejoint en 2009 et 2010.
Intéressés par l’ouverture aux différences, nos publications 2012
tournent autour de la diversité :
• rassemblement de poètes, collectif
(4 4 3 3 : Anthologie du sonnet romand contemporain)
• mélange des langues et hommage aux laissers-pour-compte
européens, Staratis Pascalis & Rolf Doppenberg
(Garrigue urbaine)
• ainsi qu’un poète émergent, Sylvain Thévoz
(Les sanglots du sanglier).

Contact

S- 1218

Grand-Saconnex Suisse

4433 anthologie du sonnet romand contemporain

1er septembre 2012

4433 anthologie du sonnet romand contemporain

44 auteurs romands conjuguent leurs voix pour une anthologie.
Parmi eux : Alexandre Voisard, Mousse Boulanger, Pierre Voélin, Vahé Godel, Claire Genoux, Claude Darbellay, François Debluë, Claire Krähenbühl, Jean-Michel Olivier, Eliane Vernay, …

Courroies Arrobas Frontières de Sylvain Thévoz et Patrice Duret

1er octobre 2010

Courroies Arrobas Frontières de Sylvain Thévoz et Patrice Duret

Collection Les Cahiers poétiques n°19
872 mètres passer le col
Derrière la carrière de craie
La vielle
Aucun renard dans la nuit
Lueurs électriques orangées
L’effroi les oiseaux l’effroi
La décharge de pierres

Poème
de l’instant

Olivier Barbarant

Essais de voix malgré le vent

Voilà dix ans que je tente passer la rampe sans trop forcer les choses ni les mots gaspillés
Tant que faire se peut à éviter les coups de glotte ou le leurre d’en rajouter
Dix ans à prendre les pages pour cet étrange mégaphone où le murmure porte au loin sans briser si possible sa première douceur
À croire qu’avec le livre ouvert c’est le frisson qui se propage et qui peut-être se survit

Dix ans à vous prêter entre mon corps et l’ombre ce bruit de branche agitée qu’un jour vous aussi avez entendu
Sans toujours songer à le dire si bien que je le fais pour vous
Rêvant des phrases et formes de remords comme une mûre dans les ronces
Rompant lentement le silence jusqu’à nos lèvres écorchées
Pour faire place au peu de jours de vous à moi qui nous rassemble.

Essais de voix malgré le vent, Éditions Champ Vallon, 2004.