Le nageur d’un seul amour

Auteur : Georges Schehadé

Le nageur d'un seul amour

Ce recueil groupe Poésies V, qui avaient paru dans La Délirante, numéro 4/5, automne 1972 ; Le nageur d’un seul amour, paru en partie dans La Nouvelle Revue Française, numéro 342-343, juillet-août 1981 et numéro 352, mai 1982 ; enfin Poème (Le Chat).

La poésie de Georges Schehadé, c’est d’abord une simplicité qui n’exclut pas le mystère. On pense à la luminosité des icônes que le poète évoque fréquemment. Que ce soit celle des lampes, ou celle du jour, tous ces poèmes sont en effet pénétrés d’une lumière qui donne une profondeur à la moindre scène, au moindre souvenir autour duquel ils se cristallisent en peu de mots, autour d’une ou deux images. Tristesse et mélancolie se métamorphosent à leur tour dans cette lumière
qui paraît suspendre le temps.

Paru le 4 mars 1985

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997