Le nôtre

Auteur : Cole Swensen

<i>Le nôtre</i>

Troisième livre de poésie de Cole Swensen à paraître chez Corti, Le nôtre conclut ce que l’on pourrait appeler sa trilogie française (après « Si riche heure », 2007, qui traverse notre 15ème siècle en s’appuyant sur l’iconographie des Très Riches Heures du Duc de Berry, et après « L’Âge de verre », 2010, qui considère l’histoire du verre et de la fenêtre à la lumière de l’oeuvre de Bonnard et de quelques autres).

Le livre évoque la personne, l’œuvre et l’époque d’André Le Nôtre (1613-1700), l’inventeur du jardin à la française. C’est une déambulation attentive parmi les espaces créés de toutes pièces par notre célèbre jardinier dont les services furent très recherchés à la Cour des Grands du 17ème siècle. Et si, curieusement, tous ces espaces furent composés pour le plus grand plaisir d’une classe dominante, ils sont de nos jours presque tous devenus des jardins publics, d’où l’ironie du nom de notre héros et du titre de ce livre.

Revisitant ses principaux jardins (Vaux le Vicomte, Chantilly, Saint-Cloud, Versailles, le Luxembourg etc.) Cole Swensen en profite pour faire coulisser l’histoire et la géométrie, tailler ses vers au cordeau, ouvrir et biaiser les perspectives. Elle y affûte le charme et l’aigu de sa prosodie. Résolument contemporaine, son écriture chevauche rigueur constructive et éclats morcelés, sa tranchante élégance restant en phase avec le Grand Siècle qu’elle traverse. Cole Swensen ne manque pas d’interroger à sa façon les raisons et conséquences de ce qui fut à l’origine de l’invention du paysage, qui reste, aujourd’hui encore, profondément attachée à nos manières de regarder le monde. La fabrication de la perspective, le choix des masses et des couleurs : le monde est ainsi modelé et chacun peut alors se l’approprier comme une création domestique.

Paru le 1er mars 2013

Éditeur : José Corti

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.