Le petit véhicule

Contact

20 rue du Coudray

44000

Nantes

Chants de Solitude et la Cinquième saison

1er septembre 2006

Chants de Solitude et la Cinquième saison

Musique de Môrice Bénin, poèmes de René Guy Cadou, arrangements Michel Goubin. Avec la participation de Pierre Tessier et Pascal Bouvet. Dessin couverture : Roger Toulouse.
1) Aller simple
2) À cette heure dans le monde
3) Hélène
4) Je t’attendais
5) Un homme
6) Anthologie
7) Destin du poète
8) Le chant de solitude
9) Préface
10) Les fusillés de Chateaubriant
11) Lettre à des amis perdus
12) La fleur rouge
13) 17 juin 43
14) La voyageuse
15) Lettre à l’enfant des neiges
Musique de (…)

Léo Ferré, cahiers d'études

1er mars 2005

Léo Ferré, cahiers d’études

Amour et anarchie
"L’anarchie est la formulation politique du désespoir. L’anarchie n’est pas un fait de solitaire ; le désespoir non plus. Ce sont les autres qui nous informent sur notre destinée. Ce sont les autres qui nous détruisent. Avec les autres on est un autre. alors, nous détruisons les autres, et, ce faisant, c’est nous-mêmes que nous détruisons. Cela a été dit ; il importe que cela soit redit (…)" Léo (…)

Signes n°25 "31 poètes du pays nantais"

1er février 2005

Signes n°25 "31 poètes du pays nantais"

Gilles Baudry
Marc Bozec
Claude Bugeon
Christian Bulting
Claude Burneau
Jean-Claude A. Coiffard
Yves Cosson
Franck Cottet
Paul Couëdel
Jean-François Dubois
Albane Gellé
Philippe Gicquel
Jean-Marie Gilory
Jean-Noël Guéno
Roland Halbert
Kza Han
Guy Hivert
Claire-Neige Jaunet
Nicole-François Lavaur
Alain Lebeau
Ghislaine Lejard
Jena-Luc Lerebourg
Franc Mallet
Françoise Moreau
Martine M.-Carreau
Yves Moulet
Henri Philibert
Claude Serreau
Eric Simon
Luc (…)

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997