Le poète et son ombre de Paul Eluard

Le poète et son ombre de Paul Eluard

Collection « Poésie d’abord »
Editions Seghers

En rééditant Le Poète et son ombre, les Éditions Seghers entendent redonner à l’œuvre d’Eluard la place qu’elle mérite dans le paysage éditorial contemporain.

Les textes réunis dans cet ouvrage publié pour la première fois en 1963 et aujourd’hui réédité complètent l’art poétique de Paul Eluard intitulé Donner à voir. Ils couvrent une période de trente ans, de 1920 à 1952, année de la mort du poète.
Le Poète et son ombre est composé de textes provenant de plaquettes à tirage limité, de catalogues rares, de revues aujourd’hui introuvables. Il s’agit essentiellement de notes sur la poésie, de prières d’insérer pour des livres d’amis, de préfaces à des expositions de peintres, de fragments de conférences. Ordonnés sur un mode chronologique, ces textes suivent l’itinéraire d’Eluard, de la Révolution surréaliste à son engagement pour la paix, la justice et la liberté.

Les critiques ont souvent parlé de la « magie poétique » d’Eluard, dont la puissance d’enchantement, l’étonnante pureté, la transparence leur paraissaient inexplicables. La même remarque pourrait être faite à propos des textes qui composent Le Poète et son ombre. Lorsqu’il parle de ses amis poètes ou des peintres qu’il aime, Eluard s’exprime avec naturel et sait donner le sentiment de l’évidence. « L’écoutant, on laisse tomber ses armes… », disait Francis Ponge. Le texte critique est l’ombre portée d’une lumière.

Biographie
Paul Eluard est né le 14 décembre 1895 à Saint-Denis. Ce poète surréaliste, très engagé sur le plan politique, fut membre du parti communiste et résistant. Très jeune il a revendiqué son antimilitarisme et sa haine de la guerre, qu’il exprime dans Le Devoir d’inquiétude (1917). L’année suivante, il publie Poèmes pour la paix, que Paulhan apprécie particulièrement. Celui-ci lui fait rencontrer Aragon, Breton et Soupault. Les femmes qui ont partagé sa vie, Gala qui le quitte pour Ernst, puis Nush, ont aussi inspiré sa poésie au style vif et lapidaire : Mourir de ne pas mourir (1924), Le temps déborde (1946). À la mort de Nush, il multiplie les voyages en Europe et en Amérique, militant pour la paix et la poésie. Il meurt à Paris en 1952.

Paru le 1er novembre 2008

Éditeur : Seghers

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Jean-Claude Xuereb

À nonante encore

Dans la banalité des jours
il savoure à l’instant
les tranches d’un fruit de soleil
parfum émerveillé d’enfance

Jean-Claude Xuereb, « À nonante encore », apulée, Éditions Zulma, 2021.