Le pont habité de Michèle Baraldi

Le pont habité de Michèle Baraldi

"Quand,

la nuit, je me réveille dans cette maison déserte, vieux comme je le suis, fou de souffrance et de révolte et pourtant encore présent à mon esprit, voilà que reviennent à moi les visages, les corps et les voix blessées des humains qui avaient trouvé une demeure, après tout ce qui nous arriva, sur le Pont habité d’Yimla Stan."

Paru le 1er janvier 2012

Éditeur : 1 : 1 éditions

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Une tristesse bleue et grise

Évidemment l’orgueil et la trouble passion
Les papiers arrachés, bien sûr, les volets clos
Les livres sans mémoire et presque à l’abandon
L’étui de ton violon fermé comme un sanglot
Mais penser à tes gestes carrés vers les miens
La presque cruauté, la langueur infinie
Le rire en plein désir et les larmes à la fin
M’ont fait aimer la mort et préférer la vie

Sarclo, Une tristesse bleue et grise, « Éloge d’une tristesse », Côtes du Rhône Productions, 1992.